L’affaire Cathay Pacific a fait grand bruit l’été dernier. La compagnie aérienne hongkongaise et sa filiale Cathay Dragon ont limogé une trentaine de personnels navigants et pilotes présumés proches du mouvement antigouvernemental. L’un d’eux a contesté vendredi 6 mars en justice son licenciement devenu emblématique. En réaction à ces «limogeages arbitraires et politiques» à leurs yeux, des nouveaux syndicats ont été créés. A travers eux, le mouvement de contestation entend obtenir ce que ni l’occupation du centre financier en 2014 ni les mois de manifestations en 2019 n’ont arraché à Pékin: une réelle démocratie.

Lire aussi: A Hongkong, la tentation de l’exode