«Un projet de loi appelant le gouvernement à mettre fin à l'état d'urgence sera soumis au Parlement aujourd'hui». C'est ce qu'a écrit la ministre de la justice Judit Varga sur Facebook ce mardi. «Avec l'adoption de cette loi, l'état d'urgence devrait prendre fin le 20 juin en Hongrie», ajoute-t-elle.

Lire aussi: Attention, virus en Hongrie: Viktor Orban s’assure des pouvoirs quasi dictatoriaux

La législation d'urgence adoptée le 30 mars a accordé au premier ministre nationaliste le pouvoir de gouverner par décret jusqu'à ce que son cabinet déclare la fin de la pandémie. Certains des plus de 100 décrets publiés depuis ont restreint les pouvoirs des municipalités et leurs moyens financiers pour combattre la pandémie.

Nombreuses critiques

La police a également enquêté sur des dizaines de personnes accusées «d'alarmisme» après avoir publié des propos critiques sur les réseaux sociaux concernant la gestion de l'épidémie.

Au niveau national comme européen, de nombreuses voix se sont élevées, accusant Viktor Orban de profiter de la crise pour affaiblir la démocratie en Hongrie, un pays membre de l'Union européenne où l'état de droit a déjà été fragilisé par les dix années de pouvoir de Viktor Orban. La Commission européenne avait souhaité début mai que la Hongrie, visée depuis septembre 2018 par une procédure pour violations présumées des valeurs fondatrices de l'UE, «revienne dans le club des pays incontestablement démocratiques».

Budapest exige des excuses

Budapest a toujours rejeté les critiques. «Ces derniers mois, le gouvernement hongrois a été attaqué avec des allégations sans fondement, mais les informations trompeuses à notre sujet se sont à nouveau révélées fausses», a écrit Judit Varga mardi.

Lire également: Viktor Orban, dix ans d’autoritarisme

Elle a réclamé que les détracteurs «s'excusent d'avoir mené une campagne de diffamation au lieu de coopérer à la lutte contre le virus». La Hongrie, qui compte 9,8 millions d'habitants, enregistrait officiellement mardi 3771 cases de contamination au nouveau coronavirus, dont 499 mortels.