Hubert Védrine regarde le monde tel qu’il est. L’ancien ministre des Affaires étrangères français distille, au fil de ses essais, sa vision lucide et souvent pessimiste d’un Occident empêtré dans ses contradictions. Difficile, dès lors, de ne pas l’interroger sur les conséquences de l’assaut du Capitole par les partisans de Donald Trump survenu mercredi soir à Washington. Son pronostic? Si la mort politique du président américain sortant est peut-être intervenue cette semaine, le trumpisme continuera longtemps d’empoisonner la démocratie aux Etats-Unis. Et dans le reste du monde.