Il y a 75 ans. L’horreur nazie, des camps de concentration et des millions de juifs, Gitans, handicapés, marginaux et homosexuels exterminés. Pour Luigi Toscano, dont la mère des Pouilles et le père de Sicile ont émigré en Allemagne, consacrer son travail de photographe autodidacte à ces heures sombres de l’histoire humaine est devenu une nécessité. A 47 ans, ce père de deux filles consacre une exposition très puissante de grands portraits de survivants de la folie nazie intitulée N’oublions pas.