Mémoire

Hymne aux survivants de l’Holocauste

Le photographe germano-italien Luigi Toscano expose à partir du 24 janvier à Genève plus d’une centaine de portraits grand format des quelque 400 survivants des camps de concentration nazis qu’il a rencontrés à travers le monde. Son souhait: éveiller la conscience des gens au quotidien

Il y a 75 ans. L’horreur nazie, des camps de concentration et des millions de juifs, Gitans, handicapés, marginaux et homosexuels exterminés. Pour Luigi Toscano, dont la mère des Pouilles et le père de Sicile ont émigré en Allemagne, consacrer son travail de photographe autodidacte à ces heures sombres de l’histoire humaine est devenu une nécessité. A 47 ans, ce père de deux filles consacre une exposition très puissante de grands portraits de survivants de la folie nazie intitulée N’oublions pas.

Un visage et un nom

Les visages photographiés racontent la souffrance des camps, des destins divers et des réhabilitations plus ou moins réussies. Les photos grand format, exposées au Palais des Nations et à la place des Nations à partir du 24 janvier, dégagent un message universel: la barbarie, qu’elle soit nazie ou autre, n’est pas une abstraction. Elle lacère les corps et les esprits. Elle corrode l’un des fondements de l’être humain: la dignité. C’est pourquoi Luigi Toscano donne aux rescapés un visage et un nom: Anna, Tamar, Eleanor, Henry…