C’est avec le spectre de nouvelles flambées d’infections et d’incertitudes sur l’impact d’un nouveau variant du Covid-19, Omicron, que s’est ouverte en forme hybride la session spéciale de l’Assemblée mondiale de la santé à Genève. L’heure est sérieuse. Ce n’est pas un hasard si les 194 Etats membres de l’OMS ont convoqué une session spéciale, la seconde seulement depuis la création de l’organisation en 1948.