L'ex-président Lula a entrevu l'espoir de sortir de prison durant quelques heures mercredi, mais le président de la Cour suprême a fait déchanter les partisans de l'icône de la gauche en suspendant la décision d'un confrère.

En début d'après-midi, la décision du juge de la Cour suprême Marco Aurélio de Mello avait fait l'effet d'une bombe: tous les condamnés en appel ayant introduit des recours vers des instances supérieures pourraient être libérés, y compris Luiz Inacio Lula da Silva. De quoi déclencher un vif tollé, à 13 jours seulement de l'investiture du président élu d'extrême droite Jair Bolsonaro, qui avait manifesté durant la campagne son désir de voir Lula «pourrir en prison».

Le juge Mello avait décidé «la suspension de l'exécution des peines» de condamnés «dont tous les recours ne sont pas encore épuisés». Quelques minutes plus tard, les avocats de Lula s'étaient empressés de déposer une requête pour que l'ex-président (2003-2010) soit libéré immédiatement.

Lire aussi: L'ex-président Lula ne pourra pas briguer de 3e mandat

Une décision symbolisant «la consécration de l'impunité»

Mais la procureure générale Raquel Dodge a présenté un recours contre la décision du juge Mello, qui a finalement été suspendue par le président de la Cour suprême, José Antonio Dias Toffoli, mettant fin à environ cinq heures de flou juridique.

Deltan Dallagnol, procureur en charge de l'opération anticorruption «Lavage-express», était auparavant monté au créneau, considérant la décision de Marco Aurelio Mello «erronée» et «aux effets catastrophiques», symbolisant «la consécration de l'impunité». Il s'est également élevé contre l'instabilité juridique que suscitent ce genre de décisions intempestives. D'après l'agence de presse d'Etat Agencia Brasil, 169 000 détenus auraient pu être libérés.

Jair Bolsonaro, qui tenait mercredi la première réunion de son futur gouvernement, s'est réjoui de la décision de suspension prise par le président de la Cour suprême dans une affaire qui «pourrait compromettre la tranquillité de la société brésilienne».

Lire aussi: La peur et la corruption, piliers du succès de Bolsonaro

Un sujet encore débattu le 10 avril prochain

Déclenchée en 2014 au Brésil, l'opération «Lavage Express» a dévoilé un énorme réseau de corruption monté par les groupes brésiliens du bâtiment. L'ex-président Lula (2003-2010) a été condamné en première instance à neuf ans et six mois de prison pour corruption et blanchiment en juillet 2017, une peine alourdie à 12 ans et un mois en appel en janvier. Il a ensuite été incarcéré en avril, la Cour suprême ayant décidé par un vote très serré (six contre cinq) que la peine devait être appliquée dès la condamnation en deuxième instance, même si d'autres recours restaient en suspens.

Marco Aurelio Mello était un des juges qui avaient voté contre l'emprisonnement de Lula, tout comme Dias Toffoli, qui à l'époque n'était pas président de la plus haute juridiction du Brésil. En 2016, les 11 juges de la Cour suprême avaient rendu un jugement qui fait depuis jurisprudence: la peine doit être purgée dès le rejet d'un premier appel. Mardi, Dias Toffoli a décidé que le sujet serait débattu à nouveau en séance plénière le 10 avril prochain.