Un voile gris au goût de fumée couvre New York et plusieurs régions de l’est des Etats-Unis et du Canada depuis hier soir. Un phénomène causé par des incendies dans l’ouest des deux pays. Les services de protection de l’environnement de l’Etat de New York ont alors émis, pour l’ensemble de la journée, une alerte à la qualité de l’air.

Une réaction systématique dès lors que sont attendus des taux de concentration de particules fines supérieurs à 35 microgrammes par mètre cube.

Selon un spécialiste de ces services, il n’est pas rare que des fumées d’incendies venus de l’ouest atteignent la région new-yorkaise, mais elles restent généralement suffisamment hautes dans l’atmosphère pour ne pas affecter la qualité de l’air. La fumée est cette fois plus basse que d’habitude, indique-t-il.

Lire aussi: Les incendies ravagent déjà l'Ouest américain

Cette obstruction devait cependant disparaître mercredi, avec l’arrivée attendue d’un front froid sur la région new-yorkaise, selon un porte-parole du National Weather Service, le service météorologique national américain.

Plusieurs gros incendies ravagent depuis quelques jours l’ouest des Etats-Unis – notamment en Californie, dans le Nevada et dans l’Oregon, où sévit le dangereux Bootleg Fire – alors même que la saison des feux ne fait que commencer. Au Canada, plus de 2000 personnes ont été évacuées ces derniers jours dans la province la plus peuplée du pays, l’Ontario, et plus de 200 feux étaient actifs dans cette province et celle, voisine, du Manitoba, selon les chiffres des autorités diffusés ce mardi 20 juillet.

Lire également:  Le village canadien qui a battu des records de chaleur a brûlé