Une série d’incendies faisaient rage lundi au nord de la Californie, notamment dans les régions viticoles de Napa et de Sonoma, faisant dix morts, selon les autorités. Selon les pompiers de Californie, environ 32 000 hectares ont déjà été ravagés par les flammes depuis dimanche soir dans cette région très touristique et cossue du nord-ouest des Etats-Unis.

Au total, dix personnes ont perdu la vie. Sept personnes sont mortes dans le comté de Sonoma d’après le shérif, deux dans l’incendie Atlas dans le comté de Napa et un dans celui de Mendocino.

«En moins de 24 heures, plus de 18 feux ont commencé [et ont] détruit plus de 2000 habitations et en menacent des milliers d’autres», a constaté le gouverneur de l’Etat le plus peuplé du pays, Jerry Brown, dans une lettre au président Donald Trump. Il lui demande d’émettre une déclaration de catastrophe naturelle afin de débloquer des aides fédérales, vu la «gravité et ampleur» des incidents.

A cause de «vents extrêmes de plus de 90 km/h, nous nous attendons à ce que les destructions s'accélèrent et à plus de décès», ajoute Jerry Brown, qui a déclaré l’état d’urgence dans huit comtés.

Lire aussi: «Le feu a la capacité de régénérer la végétation»

Priorité aux évacuations

Selon les images des télévisions locales, des complexes hôteliers de la zone étaient dévastés par les flammes. Les médias locaux rapportaient les témoignages d’habitants qui ont fui pour leur survie en laissant derrière eux toutes leurs possessions.

«Presque tous les efforts [des secours] hier soir et ce matin étaient consacrés aux évacuations et à mettre les habitants hors de danger», a pour sa part expliqué Ken Pimlott, à la tête du Service californien des forêts et de la protection contre le feu, lors d’un point de presse à Sacramento (nord-est de San Francisco).

Des ordres d’évacuation ont été diffusés notamment dans les comtés de Napa et de Sonoma et les autorités publiaient régulièrement la liste des abris mis à disposition des sinistrés.

Les feux ont par ailleurs entraîné la fermeture d’autoroutes et de routes locales. L’hôpital régional de Santa Rosa a été évacué, selon son site internet. «Tous les patients sont saints et saufs et ont été évacués vers d’autres hôpitaux», est-il écrit. «En raison des routes coupées, l’établissement est actuellement inaccessible», ajoute l’hôpital.

Des nuages de fumée sur San Francisco et Los Angeles

De la fumée était visible lundi après-midi depuis le centre de San Francisco, située à 60 km de l’incendie le plus proche. Une très forte odeur de fumée était également perceptible dans la nuit de dimanche à lundi dans la ville, pénétrant jusque dans les habitations. Une fine couche de cendres était également visible dans un quartier situé dans la partie nord de San Francisco et les autorités de la ville déconseillaient les activités en plein air lundi.

Lire aussi: 82 600 personnes évacuées à cause d’un incendie en Californie

Des feux faisaient rage également plus au sud, notamment à Anaheim en banlieue de Los Angeles, où un autre incendie s’est déclenché et se propageait rapidement, poussé par les vents saisonniers dits «de Santa Ana». Six maisons avaient déjà été détruites ou endommagées selon le compte Twitter des pompiers locaux et plus de 1000 personnes avaient été évacuées, tandis qu’un nuage de fumée grise arrivait jusqu’à Los Angeles.

L’ouest des Etats-Unis a déjà subi début septembre de violents incendies qui avaient entraîné des milliers d’évacuations dans l’Etat de Washington et des centaines près de Los Angeles, où un brasier avait atteint une dimension «historique». La région est régulièrement la proie des flammes à cette époque de l’année, où les pluies sont rares et les vents violents.