Bachar el-Assad n’a pas été vu en public depuis l’attentat, qui a notamment coûté la vie à son beau-frère Assef Chaoukat et au ministre de la Défense, Daoud Radjha. Les sources contactées n’ont pas été en mesure de dire s’il s’était rendu à Lattaquié avant ou après l’attaque.

«Selon nos informations, il est dans son palais de Lattaquié et il pourrait y rester plusieurs jours», a dit un haut responsable de l’opposition refusant que son nom soit cité. Le palais de Lattaquié se situe sur les hauteurs dominant la ville, principal port de Syrie.

Pour un diplomate suivant la crise syrienne, «tout le monde cherche à comprendre comment Assad peut maintenir les structures de commandement». «Les meurtres d’hier (mercredi) ont porté un coup terrible, mais pas fatal», ajoute-t-il.

La province de Lattaquié est un fief de la minorité alaouite, la branche du chiisme à laquelle appartient Bachar el-Assad et son clan.

Affrontements à Damas

Dans la capitale syrienne, des affrontements ont éclaté jeudi matin entre les rebelles et les forces régulières de Bachar el-Assad, rapportent des insurgés. Ils ont fait un mort. Les accrochages ont eu lieu dans le quartier d’Ikhlas qui jouxte le vaste complexe où siège le Conseil des ministres, précise la même source.

Au lendemain de l’attentat qui a décapité une partie de l’appareil sécuritaire du régime, des habitants de Damas faisaient état d’une poursuite des affrontements entre les forces du régime et les insurgés. Le nombre de blindés de l’armée et de barrages établis dans les rues de la capitale s’est accru.