L’incident à bord d’un navire au large des Emirats arabes unis, considéré comme un «potentiel détournement», a pris fin sans dommages, a annoncé mercredi l’agence de sécurité maritime britannique UKMTO, six jours après une attaque meurtrière contre un pétrolier dans le Golfe.

Les personnes qui étaient montées à bord «ont quitté le navire», ce dernier est «en sécurité» et «l’incident est fini», explique l’UKMTO (United Kingdom Maritime Trade Operations) sur son compte Twitter.

La veille, cette agence qui dépend de la marine britannique avait rapporté un «potentiel détournement» localisé à environ 60 milles nautiques de l’émirat de Fujairah, membre de la fédération des Emirats arabes unis, pays pétrolier du Golfe.

L’organisme avait recommandé aux navires transitant dans la zone de faire preuve d’une «extrême prudence», et la Maison-Blanche avait jugé la situation «très inquiétante».

Lire encore: Après une attaque meurtrière contre un pétrolier, les Etats-Unis promettent «une réponse collective» contre l’Iran

Le site de la revue Lloyd’s List, référence dans le secteur, avait affirmé mardi que le navire se dirigeait vers l’Iran sous le contrôle d’hommes armés.
Le navire concerné, qui bat pavillon panaméen et s’appelle «Asphalt Princess» selon des analystes de Dryad Global, se rendait à Sohar – un port du nord du sultanat d’Oman, pays voisin des Emirats – avec de l’asphalte et du bitume à son bord, d’après le site spécialisé MarineTrafficz.

L’Iran pointé du doigt

Cet incident, survenu non loin de l’embouchure du détroit d'Ormuz, par où transite le tiers du pétrole transporté par voie maritime dans le monde, intervient après une attaque le 29 juillet contre un pétrolier géré par la société d’un milliardaire israélien, Eyal Ofer, qui a fait deux morts: un ressortissant britannique et un ressortissant roumain.

Le pétrolier – attaqué par des «drones explosifs» selon Washington – a jeté l’ancre mardi au large de Fujairah.

Israël, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Roumanie ont accusé Téhéran d’avoir mené l’attaque, mais l’Iran a démenti et prévenu qu’il riposterait à tout «aventurisme» après des menaces de représailles israélienne et américaine

Le Golfe a connu ces dernières années plusieurs attaques de navires attribuées à la République islamique d’Iran, régulièrement accusée de menacer la liberté de navigation.

Pays riverains du Golfe, les Emirats et l’Iran maintiennent des relations diplomatiques, mais se trouvent traditionnellement dans des camps opposés concernant les enjeux régionaux, notamment les relations avec Israël, avec lequel les Emirats ont normalisé les liens en 2020.