Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le jeudi 6 octobre, le Ministère finlandais de la défense accusait deux jets russes d’avoir violé son espace aérien. Une affirmation réfutée par le Ministère russe de la défense.
© U.S. Navy via AP

Aviation

Les incursions aériennes russes: vrai ou faux?

Les manœuvres militaires russes au-dessus de l’Europe occidentale se déroulent le plus souvent en dehors des espaces aériens des membres de l’OTAN

Jeudi 22 septembre, deux bombardiers russes de type Tu-160 ont successivement approché les espaces aériens norvégien, britannique, français et espagnol. Ils ont été accompagnés par des chasseurs F-16, Typhoon et Rafale avant d’être appréhendés aux larges des côtes ibériques par deux FA-18 espagnols. Les Tu-160 ont ensuite fait demi-tour et ont regagné l’espace aérien russe.

Cet incident, qui a duré près de neuf heures, fait suite à de nombreuses autres manœuvres aériennes destinées à tester les systèmes de défense des membres européens de l’OTAN. Le 17 février, l’armée de l’air française avait déjà escorté deux bombardiers russes qui s’étaient approchés des côtes normandes en restant néanmoins au-dessus des eaux internationales.

Pas d’incursion en 2016

Ces vols d’entraînement et de reconnaissance sont généralement décrits comme des «incursions». Pourtant à aucun moment en 2016 les appareils russes n’ont pénétré dans l’espace aérien des membres ouest-européens de l’OTAN. Les états-majors des pays concernés l’admettent d’ailleurs. «Les vols dont nous parlons sont effectués par des Tu-160 et des Tu-95, qui sont des bombardiers à long rayon d’action, explique Philippe Migault, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste des partenariats entre Russes, Français et Européens en matière d’armement. Afin de se préparer au mieux pour des missions visant un objectif éloigné, les pilotes doivent s’entraîner sur de longues distances.»

Pourquoi alors ne pas simplement survoler la Fédération de Russie, dont l’étendue ne couvre pas moins de 11 fuseaux horaires? «L’objectif principal de ces bombardiers est d’effectuer des vols d’entraînement dans des conditions aussi proches que possible de celles d’une véritable mission. Un vol ne présentant pas la moindre possibilité d’interception n’aurait donc que peu d’intérêt», répond Philippe Migault.

Transpondeur éteint

Le caractère agressif de ces manœuvres tient à ce que les appareils russes volent avec leur transpondeur éteint. Cet instrument permet en effet aux radars de déterminer l’immatriculation, la position, l’altitude et la vitesse d’un aéronef. Il est renforcé ensuite par l’obstination de Moscou à nier systématiquement ses activités militaires sur la façade ouest du continent. Pourtant de nombreux appareils de l’US Air Force patrouillent au-dessus de l’Europe, notamment les P-8 Poseidon spécialement conçus pour le renseignement électronique.

«On pourrait également s’émouvoir du fait que des avions d’espionnage américains survolent la mer Baltique à plus de 7000 kilomètres de New York, note Philippe Migault. Ou que des Rafale français équipés pour l’espionnage photographique effectuent des missions de police de l’air à 50 kilomètres de Saint-Pétersbourg. Les manœuvres russes ne sont que la réponse du berger à la bergère.»

Les manœuvres aériennes russes dans l’Atlantique nord ont significativement augmenté au cours des deux dernières années. L’OTAN estime ainsi ces vols autour des pays membres de l’alliance à 400 en 2014 et en 2015, un nombre qui n’a plus été atteint depuis la fin de la guerre froide. Mais cette augmentation a surtout à voir avec le retour de la puissance militaire russe au premier plan. L’effondrement de l’URSS a en effet engendré un délabrement de son armée.

Instrumentalisation de la part de l’OTAN

«L’OTAN procède à une instrumentalisation de ces manœuvres qui permet d’assurer la pérennité de l’institution», rappelle Philippe Migault. Instrumentalisation qui pourrait aussi légitimer la demande faite aux membres de l’organisation d’augmenter leur contribution financière après que plusieurs d’entre eux ont décidé de réduire celle-ci. Moscou semble pour sa part avoir renoncé à tout compromis après l’élargissement de l’OTAN en 2004 aux anciennes républiques soviétiques baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie) et la constitution d’une force d’intervention rapide qui contrevient aux engagements pris par l’OTAN de ne pas stationner des troupes dans les Etats baltes.

Jeudi, le Ministère finlandais de la défense accusait deux jets russes d’avoir violé son espace aérien. Une affirmation réfutée par le Ministère russe de la défense, qui affirme que les chasseurs volaient en «stricte conformité» avec les régulations internationales en matière de navigation aérienne.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a