Le logo de la société Niine figurera au dos du maillot des joueurs des Rajasthan Royals, formation basée à Jaipur, à l'occasion du l'édition 2020 de l'Indian Premier League (IPL). Le tournoi commence le 19 septembre et se déroule exceptionnellement cette année aux Émirats arabes unis en raison de la pandémie de coronavirus.

Lire aussi: En Inde, les menstruations connaissent leur révolution

Les règles sont souvent considérées comme impures dans la société indienne, conservatrice et patriarcale. Dans certaines régions, particulièrement rurales, les femmes en période de menstruation doivent se placer à l'isolement et ne peuvent pas entrer dans les temples.

«Le cricket est indubitablement le sport le plus suivi du pays et offre la plateforme parfaite pour parler de santé et inciter la société à changer», ont déclaré les Rajasthan Royals dans un communiqué publié samedi.

Lire aussi l’éditorial: Les règles, parlons-en! 

«Les Rajasthan Royals sont appelés à devenir l'intermédiaire qui aidera à éduquer les hommes au cours de la saison 2020 de l'IPL en participant non seulement à la sensibilisation mais aussi à la compréhension à une grande échelle», poursuit le texte.

Jusqu'à 700 millions de téléspectateurs 

Une porte-parole de l'équipe a indiqué à l'AFP que Niine payait pour ce sponsoring mais a refusé de donner détails financiers. Hérité de la colonisation britannique, le cricket est le sport-roi en Inde et l'IPL la compétition nationale la plus suivie du pays. Ce championnat générerait 11 milliards de dollars de revenus chaque année, selon les estimations.

Certains matchs peuvent être suivis à la télévision par jusqu'à 700 millions de spectateurs en Inde, sans compter l'importante diaspora indienne établie à l'étranger. Les joueurs de cricket les plus connus, comme Virat Kohli ou Rohit Sharma, font l'objet d'une adulation dans leur pays équivalente à celle des grandes vedettes du foot en Occident.

En raison de tensions diplomatiques et militaires entre l'Inde et la Chine actuellement, l'IPL et son principal sponsor, le fabricant de téléphones chinois Vivo, ont fait une «pause» dans leur collaboration pour l'édition 2020 de la compétition.