L’essentiel

L’Organisation mondiale de la santé va publier son rapport final sur les origines de la pandémie. Il écarte l’hypothèse d’une fuite de laboratoire.

GastroSuisse accroît sa pression sur le Conseil fédéral par un moyen original, l’annonce du lancement d’une initiative populaire sur les aides en cas de pandémie.

Retrouvez notre suivi de la journée de dimanche


■ En France, près de 5000 malades en réanimation

Il y a actuellement 4974 malades du Covid-19 en réanimation en France, soit davantage qu'au pic de la deuxième vague de l'épidémie, selon les chiffres quotidiens publiés par l'agence sanitaire Santé publique France. Le pic de la deuxième vague avait été atteint le 16 novembre, avec 4903 malades du Covid en réa. Au pic de la première vague, au printemps 2020, ce nombre se montait à environ 7000.


■ En images: «Happy Monday» en Angleterre

Piquer une tête, jouer au golf et retrouver ses amis dans un parc: les Anglais ont commencé à redécouvrir quelques libertés, lors de la deuxième phase d'un très progressif plan de déconfinement permis par les progrès de la vaccination.


■ 400 millions de vaccins J&J en Afrique, dès le troisième trimestre

Jusqu’à 400 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson vont être livrées aux pays de l’Union africaine, a annoncé le géant pharmaceutique américain. Selon les termes de l’accord, 220 millions de doses du sérum, qui ne nécessite qu’une seule injection, seront distribuées aux 55 pays membres de l’Union africaine, les livraisons débutant au troisième trimestre 2021. Les pays concernés pourront s’ils le jugent nécessaire commander 180 millions de doses complémentaires, pour un total de 400 millions de vaccins acheminés d’ici 2022. En janvier, Johnson & Johnson avait annoncé que son vaccin était efficace à 66% contre le Covid-19. Contrairement aux remèdes de Pfizer et Moderna, qui utilisent la technique innovante de l’ARN messager, le vaccin de «J&J» est un vaccin à «vecteur viral».


■ Zoug n’envoie plus de certificats de vaccination par courriel

Dans le canton de Zoug les certificats de vaccination étaient jusqu’ici transmis en clair par courriel. «Cela signifie que les données sur les patients sont aussi ouvertes qu’une carte postale», a indiqué Parat, le parti pour une politique rationnelle, les droits universels de l’homme et la participation. Le canton a réagi et a fait cesser avec effet immédiat l’envoi électronique des certificats lundi après-midi, a indiqué Aurel Köpfli, porte-parole du département cantonal de la santé. «Nous voulons clarifier les questions ouvertes», a-t-il déclaré.

Il n’est pas encore possible de dire s’il y a eu effectivement une violation de la protection des données. Le logiciel utilisé est une solution fédérale. D’autres cantons travaillent également avec ce logiciel, a précisé le porte-parole.


■ Rien ne va plus entre Angela Merkel et les Länder

Armin Laschet est le premier ministre conservateur de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la région la plus peuplée d’Allemagne. Ce lundi, il s’est fait porte-parole des Länder pour défendre leur stratégie de lutte contre la pandémie après les vives critiques la veille de la chancelière.

Son Land «a mis en place le frein d’urgence sur tout le territoire et de façon obligatoire», a déclaré celui qui est aussi le chef du parti conservateur CDU, et potentiel remplaçant d’Angela Merkel qui se retirera de la chancellerie à l’issue des législatives du 26 septembre.

Il fait référence à un mécanisme censé annuler tous les assouplissements concédés début mars quand le taux d’incidence dépasse le seuil des 100 nouvelles infections pour 100 000, ce qui est le cas actuellement dans de nombreuses zones du pays.

«Je le dis au nom des 16 chefs de gouvernement», chacun «prend très au sérieux» les règles convenues, a-t-il insisté. Il a appelé à «sortir de la pure logique du 'lockdown'» en promouvant l’utilisation de tests qui permettent par exemple un assouplissement de certaines restrictions, une option qui n’a pas la faveur de la chancelière.

Cela n’aide pas, si l’Etat fédéral et les régions se repoussent mutuellement les responsabilités

a-t-il aussi lancé.

Dimanche à la télévision (à voir ici), Angela Merkel a mis en cause directement Armin Laschet. Elle s’en est prise aussi à la Sarre, un des plus petits Etats régionaux, qui veut mettre fin aux principales restrictions anti-Covid juste après le lundi de Pâques et rouvrir, sur présentation de tests négatifs, les lieux de cultures, les terrasses de cafés et restaurants, les clubs de sports.


■ 4573 nouveaux cas en trois jours

La Suisse compte lundi 4573 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, indique l’Office fédéral de la santé publique. Il faut remonter au 18 janvier pour retrouver un dépassement du seuil des 4000 personnes en trois jours.

  • 12 décès supplémentaires sont à déplorer;
  • 131 malades ont été hospitalisés;
  • Durant les dernières 72 heures, les résultats de 90 893 tests ont été transmis;
  • Le taux de positivité s’élève à 5,03%;
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 22 685;
  • Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 262,41 nouvelles infections pour 100 000 habitants;
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,19.

Pour comparaison, les chiffres-clés du lundi 22 mars:

  • 3643 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures;
  • 12 décès;
  • 98 malades hospitalisés.
  • Taux de positivité: 4,32%
  • Nombre total d’infections sur quatorze jours: 18 959;
  • 219,31 nouvelles infections pour 100 000 habitants en deux semaines;
  • Taux de reproduction: 1,17.

■ Le Tessin ouvre la vaccination aux personnes de plus de 65 ans

Depuis aujourd’hui, les Tessinois de plus de 65 ans peuvent s’inscrire pour recevoir le vaccin. Les premières vaccinations dans cette tranche d’âge pourront avoir lieu dès la fin de la semaine. La vaccination des personnes âgées de 65 à 74 ans prendra exclusivement place dans l’un des quatre centres dédiés du canton, a indiqué le Département tessinois de la santé et des affaires sociales. La vaccination de la tranche d’âge plus âgée se termine à la fin du mois de mars. Elle est en outre ouverte depuis dix jours aux malades chroniques.


■ En images: ouverture d’un vaccinodrome à Belfast

Ce lundi matin, la SSE Arena de Belfast a ouvert avec sa nouvelle vocation, être un centre de vaccination. Le personnel s’est entraîné et positionné.


■ 15,5 milliards de pertes de recettes touristiques pour Paris

A Paris, le Comité régional du tourisme publie son rapport ce lundi matin. Il résume: la crise sanitaire a privé Paris et sa région de 15,5 milliards d’euros de recettes l’an dernier du fait d’une «chute historique de fréquentation» des touristes étrangers.

Jusque-là habituée aux records de fréquentation, la capitale française a reçu en 2020 quelque 33,1 millions de touristes en moins par rapport à l’année précédente. Seuls 17,5 millions de touristes, dont 12,6 millions de Français, ont été accueillis l’an dernier à Paris et dans sa région d’Île-de-France, signe d’une «dégradation sans précédent de l’activité touristique». Ils ont généré 6,4 milliards d’euros de recettes touristiques.

Sans surprise, la baisse «est plus marquée pour la clientèle internationale avec -78% de séjours» contre «-56% pour la clientèle française».


■ GastroSuisse sort les moyens lourds

La faîtière de la restauration a indiqué vouloir faire une «annonce importante» ce lundi matin.

Le président de l’association Alois Gmür, conseiller national (PDC/SZ) dépeint une branche sinistrée par les confinements successifs, une situation aggravée par les effets du fédéralisme et la variété des mesures cantonales.

Il indique que la faîtière va lancer une initiative populaire pour l’appui en cas de crises de ce genre, baptisée «Une indemnisation adéquate en cas de pandémie».

De criantes différences cantonales

Casimir Platzer, directeur de l’instance, signale le fait que le Conseil fédéral a promis 10 milliards de francs. «Cela semble représenter beaucoup d’argent mais le fait est que les personnes concernées ont touché peu d’aides, voire pas du tout. La compensation financière est versée lentement et très différemment selon les cantons.» Il ajoute: «En cas de nouvelle pandémie, il faut des indemnisations adéquates si des établissements venaient à être fermés par les autorités.»

Président de GastroTicino, Massimo Suter insiste sur ces différences: «Il est incroyable que des cantons qui ne prévoient encore aucune indemnisation à fonds perdu, quand des collègues à 10 km ont reçu des aides.»

Il dit aussi à quel point il a «mal au cœur» en vue des fêtes de Pâques, journées très importantes pour les restaurateurs du Tessin, lesquels ne pourront même pas ouvrir les terrasses.

Pas de texte pour l’instant

Les responsables restent évasifs sur le texte de l’initiative, qui n’est pas écrit. «Nous allons consulter nos partenaires et d’autres secteurs, en particulier la culture», glisse Casimir Platzer. L’idée du lobby est d'«ancrer juridiquement et préciser le droit à la réduction de l’horaire de travail et à l’allocation perte de gain».

GastroSuisse ajoute qu'«une obligation d’indemnisation forcera également l’Etat à mieux se préparer à une prochaine pandémie et à prendre les mesures appropriées». Alois Gmür évoque un lancement à l’automne.


■ Le virus a «très probablement» été transmis par des animaux

Une fuite d’un laboratoire comme explication à l’origine est une piste «extrêmement improbable», indique le rapport final de l’Organisation mondiale de la santé, que l’AFP a obtenu. La transmission à l’homme par un animal intermédiaire constitue une hypothèse «probable à très probable».

Selon les spécialistes, dont certains ont affirmé avoir manqué de latitude pour travailler librement lors de leur séjour de quatre semaines en Chine, «compte tenu de la littérature sur le rôle des animaux d’élevage en tant qu’hôtes intermédiaires pour les maladies émergentes, il est nécessaire de réaliser d’autres enquêtes incluant une plus grande étendue géographique».

Trois hypothèses

Les experts privilégient la théorie généralement admise de la transmission naturelle du virus d’un animal réservoir – probablement la chauve-souris – à l’homme, par l’intermédiaire d’un autre animal qui n’a pas encore été identifié.

La transmission directe du virus via l’animal réservoir est toutefois «possible à probable», par le rapport.

Les experts n’ont par ailleurs pas écarté celle d’une transmission par de la viande surgelée – piste privilégiée par Pékin – jugeant que ce scénario est «possible».

Le rapport recommande de poursuivre des études sur la base de ces trois hypothèses, mais il balaie en revanche la possibilité que le virus ait été transmis à l’homme en raison d’un accident de laboratoire.


■ Au Mexique, des chiffres dramatiquement revus à la hausse

Le Mexique a enregistré 294 287 morts associés au Covid-19, à la date du 13 février, soit 69,3% de plus que ceux qui avaient été répertoriés à l’origine pour la même période, selon un rapport officiel.

Le ministère de la Santé avait auparavant répertorié 173 771 morts pour cette même période.

Mais une étude portant sur la mortalité, publiée cette semaine, indique que depuis le début de l’épidémie et jusqu’au 13 février, le Mexique a en réalité enregistré 294 287 morts. Le premier décès attribué au coronavirus y est intervenu le 18 mars 2020.