Quelque 30 000 infirmières et sages-femmes polonaises ont entamé jeudi, aux quatre coins du pays, une grève de la faim pour protester contre les bas salaires et les mauvaises conditions de travail. Leur mouvement de protestation, d'une importance jamais connue en Pologne, pourrait s'amplifier considérablement dans les jours à venir.

«Nous voulons vivre dignement», indiquent en chœur les infirmières et les sages-femmes polonaises. Déterminées à aller «jusqu'au bout» de leur action, elles se considèrent aujourd'hui comme les laissées-pour-compte de la transformation économique du pays et surtout de la récente réforme du système de santé. Mal préparée et introduite à la hâte au début de l'année par le gouvernement de centre droit, proche du syndicat Solidarité, elle a provoqué un sentiment de colère tant chez les patients qu'au sein du corps médical.

Aujourd'hui, les infirmières réclament surtout des augmentations considérables de leurs salaires. Parmi les plus bas du pays, ils ne dépassent que rarement 600 zlotys, (240 francs suisses), soit la moitié de revenu moyen en Pologne.

Le gouvernement polonais a jusqu'à maintenant minimisé l'importance du mouvement. Estimant que les revendications salariales concernaient directement la direction des hôpitaux, il a refusé les négociations à ce sujet. C'était sous-estimer la détermination des «blouses blanches».

Suivant l'exemple des ouvriers de l'industrie lourde, qui après quelques violentes manifestions à Varsovie ont obtenu de considérables subventions de la part du gouvernement, les infirmières et les sages-femmes ont décidé de mettre à exécution leurs menaces. Mercredi dernier, plus de 10 000 d'entre elles ont entamé une grève de la faim. Hier, des milliers de leurs collègues les ont rejointes. Dans plus de la moitié des hôpitaux du pays, les infirmières et les sages-femmes ont aussi occupé plusieurs locaux, dont ceux de la direction.

Selon la responsable du syndicat des infirmières, le mouvement est devenu «incontrôlable». Demain, il prendra la forme d'une grande manifestation nationale à Varsovie.