asie

Inquiétude, après le 3e essai nucléaire de la Corée du Nord

Selon Pyangyang, l’essai nucléaire de ce matin n’est qu’une «première étape» et le régime menace d’actions «plus fortes» si de nouvelles sanctions sont prises. Toute la communauté internationale a condamné le tir qui intervient à quelques heures du discours sur l’état de l’Union de Barack Obama, et alors que la Chine s’y opposait. Le Conseil de sécurité va se réunir en urgence

La Corée du Nord a prévenu mardi que l’essai nucléaire conduit dans la matinée n’était qu’une «première» étape et prévenu d’actions «plus fortes» si des sanctions étaient prises à son encontre.

«Le dernier test n’était que la première action que nous avons conduite avec le plus de retenue possible», a déclaré le ministère nord-coréen de la Défense dans un communiqué publié par l’agence officielle KCNA. «Si les Etats-Unis complique la sitiuation avec leur hostilité persistante, nous n’aurons pas d’autre choix que de mener un deuxième, voire un troisième, train d’actions», a ajouté le ministère sans préciser les actions envisagées.

Un essai plus fort, avec un engin miniaturisé

Après 2006 et 2009, la Corée du Nord a procédé mardi à son troisième essai nucléaire, d’une puissance bien supérieure aux deux précédents et avec un engin miniaturisé selon ses dires, un acte de défiance condamné par la communauté internationale.

«Un troisième essai nucléaire a été mené avec succès», a annoncé l’agence officielle KCNA. «Ce test nucléaire de haut niveau avait, contrairement à ceux du passé, plus de puissance explosive et a utilisé un engin miniaturisé et plus léger».

Pour le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, cet essai «profondément déstabilisateur» est «une violation claire et grave des résolutions du Conseil de sécurité», selon des propos rapportés par son porte-parole Martin Nesirky.

Un acte «provocateur», selon le président américain, qui ne rend pas le pays «plus sûr». Barack Obama a appelé à une action internationale «rapide» et «crédible» de la communauté internationale.

Le Conseil de sécurité se réunira en urgence mardi à 09H00 (154H00, heure suisse), pour examiner la façon de réagir à ce test, qui contrevient aux résolutions de l’ONU. Londres a réclamé «une réponse forte» du Conseil.

Les voisins de la Corée du Nord --Japon et Corée du Sud-- et la Russie ont eux aussi vivement critiqué l’action de Pyongyang.

Et pour la Chine, seul allié de poids de Pyongyang, le geste des Nord-Coréens est «un vrai défi lancé (à son égard)», a estimé un diplomate à l’ONU sous couvert de l’anonymat. Pékin avait récemment haussé le ton et prié son voisin communiste de ne pas mettre ses menaces à exécution.

Selon le diplomate de l’ONU, Pékin, Moscou et Washington se sont concertés depuis quelques jours et «vont rapidemnt s’entendre sur le fait qu’une action ferme s’impose».

Miniaturisation maitrisée?

L’utilisation d’un engin miniaturisé est source d’inquiétude pour les puissances internationales, car elle laisse entendre que Pyongyang maîtrise désormais la délicate technologie permettant de fabriquer une bombe suffisamment petite pour être fixée sur une ogive.

Jusqu’à présent, l’incertitude demeurait sur la capacité du régime communiste à développer une tête nucléaire pour missile à longue portée.

Si Pyongyang est effectivement parvenu à mettre au point une bombe miniaturisée, la donne serait radicalement changée. D’autant que le Nord a réussi début décembre à envoyer dans l’espace une fusée, progrès significatif dans sa technologie balistique.

Le ministère sud-coréen de la Défense estime entre 6 et 7 kilotonnes la puissance de l’explosion de mardi, contre seulement un kilotonne pour le test de 2006, et entre deux et six pour celui de 2009. (La bombe atomique larguée par les Américains sur Hiroshima était de 15 kilotonnes).

Pour l’organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBTO), basée à Vienne, le test de Pyongyang constitue «une menace claire» pour la sécurité internationale.

Le Nord a précisé avoir mené ce test «dans le cadre de mesures visant à protéger (sa) sécurité nationale et (sa) souveraineté contre l’hostilité incessante des Etats-Unis, qui ont violé le droit de (sa) république à mener des lancements pacifiques de satellite», selon un communiqué de KCNA

Un timing étudié

Les analystes notent que le test a eu lieu à quelques heures du discours sur l’état de l’Union de Barack Obama. «La tactique (nord-coréenne) est de créer une situation de crise et de presser la communauté internationale de négocier avec eux», estime Masao Okonogi, professeur à l’université Keio au Japon.

Le Nord «ne va certainement pas s’arrêter là et il va faire traîner cette crise nucléaire jusqu’en juillet, lorsque Washington célèbrera le 60e anniversaire du cessez-le-feu de la guerre de Corée (1950-1953)», ajoute l’analyste.

Pyongyang veut que cet armistice soit transformé en traité de paix, jamais conclu depuis 60 ans, selon le professeur.

Provocation face à la Chine aussi

Défi frontal à la communauté internationale, le nouvel essai nucléaire de la Corée du Nord va aussi forcer une Chine au bord de l’humiliation à louvoyer plus que jamais entre sa solidarité avec son allié historique et les sanctions exigées à l’ONU, estiment les analystes.

Malgré de fermes avertissements de Pékin par voie de presse, et vraisemblablement entre les deux directions communistes, mais sans publicité, Pyongyang a procédé mardi «avec succès» à son essai alors que la Chine entière est à l’arrêt pour les fêtes du Nouvel an.

Publicité