«Avant qu'il ne soit trop tard». C'est sous ce titre évocateur qu'environ 150 intellectuels français choisissent dans le Nouvel Observateur d'appeler à voter Ségolène Royal. Objectif de ces signataires, parmi lesquels l'éditrice Laure Adler, l'historien Jean-Pierre Azéma, l'écrivain Hélène Cixous ou le producteur Dominique Besnehard: «Refuser la défaite trop souvent annoncée» de la candidate socialiste et dénoncer l'actuelle campagne électorale. «Tout est bon pour alimenter le mépris social et le dédain sexiste», juge cet appel qui dénonce «le piège tendu par cette droite qui domine ou influence la plupart des grands médias». L'offensive tombe bien pour la candidate du PS qui regagne du terrain selon les sondages. Mais certaines signatures attendues manquent: comme celles de l'acteur Pierre Arditi ou du philosophe Bernard Henri-Levy, pressenti pour la soutenir.