Quel incroyable ratage! Ce qui s’est passé lundi soir dans l’Iowa représente un fiasco total pour les démocrates. Retards dus à des problèmes techniques, communication déficiente, résultats finalement repoussés au lendemain après des heures d’incertitudes: c’est dans une invraisemblable confusion que se sont déroulés les premiers caucus de la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine. Les candidats, les yeux déjà rivés sur les primaires du New Hampshire, ont dû prendre leur mal en patience, pendant que Bernie Sanders et Pete Buttigieg clamaient tous deux leur victoire, sans attendre la proclamation des résultats officiels. Du jamais-vu.

Notre reportage avant la primaire: Il était une fois dans l’Iowa

Assiste-t-on à la fin des caucus dans l’Iowa, ce mode de scrutin folklorique où près de 1700 assemblées de citoyens votent pour leur favori? C’est fort probable. Depuis 1972, ce petit Etat rural du Midwest, le premier à voter, ouvre le bal des caucus et des primaires. Le gagnant pouvait espérer apporter une nouvelle dynamique à sa campagne. Seuls trois candidats qui ont remporté le caucus de l’Iowa ont jusqu’ici été élus présidents: Jimmy Carter, en 1976, George W. Bush, en 2000, et Barack Obama, en 2008. Par contre, près de 70% des démocrates qui sont sortis vainqueurs dans l’Iowa se sont ensuite retrouvés intronisés comme candidat officiel de leur parti, en été.

Donald Trump ne pouvait espérer mieux

Mais depuis lundi tout a changé. Car cette gabegie, survenue au pire moment, va laisser des traces. Le Parti démocrate de l’Iowa, longtemps resté muet, a évoqué des «incohérences» dans les chiffres, tout en précisant qu’il n’y avait pas eu de tentatives de hacking ou d’intrusion. Sa crédibilité est entachée et ce faux départ dans la course à la Maison-Blanche risque de peser lourd sur la suite.

Lire l'article lié: Présidentielle américaine: récit d'un formidable gâchis démocrate

Car comment faire totalement confiance aux résultats après ce qui s’est passé? Donald Trump ne pouvait guère espérer mieux. Il a très rapidement su tirer profit du ratage, en se moquant de ses rivaux. «Rien ne fonctionne, exactement comme lorsqu’ils dirigeaient le pays», s’est-il empressé de tweeter mardi matin, alors que les Américains ne savaient toujours pas quel candidat démocrate était en tête dans l’Iowa. Pour lui, la séquence est des plus favorables, avec son discours très attendu sur l’état de l’Union mardi soir devant le Congrès, puis l’annonce de son acquittement du procès en destitution mercredi.

On se souviendra encore longtemps de ce caucus de l’Iowa cuvée 2020. Comme du jour où Donald Trump a fait un pas de plus vers une possible victoire.

Lire aussi: «L’Iowa se retrouve au cœur des attentions, avant de retomber dans un trou noir politique»