Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un couple d'électeurs à Bagdad

Moyen-Orient

En Irak, les élections de l'après-Daech

Pour la première fois, les partis chiites se présentent en rangs dispersés pour ce scrutin qui se déroule dans un pays en lambeaux

Près de 24,5 millions d'Irakiens élisaient samedi un nouveau Parlement et beaucoup affichaient leur désir de changement de leur élite politique pour remettre sur pied le pays en lambeaux après trois ans de guerre contre le groupe Etat islamique (EI).

Même si les violences sont en baisse continue après que l'EI a été chassé de la quasi-totalité du territoire, près de 900 000 policiers et militaires ont été mobilisés.

Quelle que soit leur confession ou leur province, nombre d'Irakiens affirmaient voter pour chasser les «requins de la corruption» alors que la tâche principale du nouveau Parlement sera de superviser la reconstruction du pays.

L'Irak a obtenu en février 30 milliards de dollars d'engagements internationaux pour cet objectif, mais les Irakiens craignent que cet argent finisse dans les poches des politiciens. «J'ai voté pour un candidat qui ne s'est jamais présenté, j'espère que ces nouveaux répondront aux souhaits des Irakiens qui souffrent de la corruption depuis 15 ans», affirme Mohammed Jaafar, 80 ans, dans la province de Diwaniyah, au sud de Bagdad.

A Mossoul, l'ancienne «capitale» irakienne de l'EI dans le Nord, aujourd'hui partiellement en ruines, Omar Abed Mohammed, chômeur de 32 ans, a également voté «pour changer les visages de ceux qui ont conduit à la destruction du pays».


 Pour «sauver le pays»

Dans la capitale, où la police bloquait les rues menant aux bureaux de vote, Sami Wadi, un retraité de 74 ans du quartier de Karrada, a fait son devoir électoral «pour sauver le pays du confessionnalisme et de la corruption».

Mais les politiciens ont la peau dure et pour ne pas être délogés, ils se sont inscrits en tête de liste ce qui les assurent d'être élus. Les 329 sièges sont attribués proportionnellement au nombre de voix et les candidats élus en fonction de leur position sur les listes.

Selon la commission électorale, les 9 619 bureaux de vote devaient fermer à 18H00  pour un scrutin qui doit départager 87 listes. Les premiers résultats devraient être connus au plus tôt mardi. Si la plupart des dirigeants politiques ont voté dans la «zone verte», secteur ultra protégé de la capitale où ils résident, le Premier ministre s'est fait un point d'honneur de voter à Karrada, son quartier.

La configuration de ces élections est inédite car, pour la première fois, les partis chiites se présentent en rangs dispersés en raison d'une lutte pour le pouvoir entre les hommes forts de cette communauté, majoritaire en Irak.

La parcellisation des chiites ne devrait toutefois pas changer l'équilibre des forces entre communautés, dans un système calibré pour qu'aucune formation ne soit en position dominante afin d'éviter le retour à la dictature.

Au moins cinq listes chiites sont en compétition, notamment celles du Premier ministre Haider al-Abadi, de son prédécesseur Nouri al-Maliki – qui n'a pas digéré d'avoir été écarté en 2014 – et de Hadi al-Ameri, qui regroupe les anciens du Hachd al-Chaabi, ces forces supplétives qui se sont révélées cruciales pour chasser l'EI.

Figurent aussi les listes des représentants de deux lignées de hauts dignitaires religieux: celles d'Ammar al-Hakim et celle du leader populiste Moqtada Sadr, qui a conclu une alliance inédite avec les communistes.

Nouri al-Maliki a dénoncé des «tentatives de fraude avec des pressions sur les électeurs» pour, semble-t-il, expliquer à l'avance un éventuel échec de sa liste.

Appel kurde

Autre nouveauté: les Kurdes risquent de perdre au moins une dizaine de sièges sur les 62 de la législature précédente et leur statut de faiseurs de rois. 

En rétorsion au référendum d'indépendance de septembre, Bagdad leur a repris les zones disputées dont la province pétrolière de Kirkouk.

Les dirigeants kurdes ont ainsi appelé à l'unité: «Si nous allons à Bagdad de manière fragmentée, si nous ne sommes pas unis, nous n'aboutirons à rien», a prévenu le Premier ministre du Kurdistan Netchirvan Barzani.

Enfin la minorité sunnite, qui a dominé le pays jusqu'à la chute de Saddam Hussein il y a 15 ans, devrait rester marginalisée.

Le vote se tient en outre dans un climat de tension régionale aiguë, l'Irak étant le point de rencontre de deux ennemis: l'Iran, qui y a une forte influence à travers les partis chiites qui dominent la vie politique, et les Etats-Unis, qui ont joué un rôle militaire crucial dans la victoire sur l'EI, proclamée en décembre.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a