Maggie Walkie a décoré sa fenêtre d’un portrait de la reine, entouré de deux petites couronnes rouges à fourrure blanche parfaitement kitch. Au mur de sa modeste petite maison, dans un impressionnant capharnaüm, entre les chiens en faïence et les portraits de famille jaunis, elle a accroché une assiette du jubilé d’argent de 1977. Dans une armoire, une assiette décorée d’un portrait de la reine mère côtoie un badge du jubilé de platine. Mais surtout, jusqu’à ce que la chaîne casse un jour, elle portait au cou un pendentif d’Elisabeth II. «Comme ça, elle était avec moi partout où j’allais.» Pour cette ultraroyaliste de 80 ans, l’annonce du décès d’Elisabeth II a été un choc. «J’ai dû m’asseoir et j’ai versé une larme», explique-t-elle.