Sur le papier des photos géantes, barrées de points d’exclamation et des titres au superlatif. Sur le Web des montagnes de galeries photo, d’arbres généalogiques interactifs et de mails d’internautes extatiques: au lendemain de la naissance du fils de William et Kate, la presse britannique se montre digne de sa réputation, en offrant au futur roi les hommages les plus fougueux, variés et colorés. Inventaire.

Le plus filial: The Sun. Pour l’occasion le quotidien à gros tirage est devenu… The Son. Le journal populaire reproduit en grand l’affichette et le chevalet qui annoncent officiellement la naissance du bébé du prince William et de son épouse Kate. Que la fête commence!, s’enthousiasme le journal. Une fête à laquelle nous sommes tous invités à participer: le site internet propose une carte électronique de bons vœux sur laquelle on peut même adresser un message personnel aux heureux parents.

Le plus pragmatique: The Financial Times. Même si la reine a imprimé une marque féminine à la monarchie, c’est de nouveau la saison des «God Save the King» explique le quotidien de la finance. En effet, les prochains souverains s’appelleront Charles, William et… Et quoi, justement? Le FT propose un intéressant graphique de la mode des prénoms royaux. Il en ressort que et Harry, et William, deux prénoms qui déclinaient avant la naissance des princes dans les années 80, sont devenus depuis extrêmement populaires. Le prénom du bébé une fois connu deviendra une vraie tendance, prévient le journal.

Le plus républicain: The Guardian. Le quotidien de centre gauche propose une option avec ou sans nouvelles royales sur son site internet. Un petit bouton royaliste/républicain en haut à droite et – hop, les photos des grilles de Buckingham laissent la place à la visite chahutée du pape au Brésil, à la corruption en Espagne et au nettoyage ethnique en Syrie (qui doutait encore que la famille royale soit source d’informations positives?). Le Guardian propose aussi un test très drôle autour du bébé. Avec des informations que seuls les Britanniques pensent à chercher. Par exemple, le nombre de résultats que donne une recherche Google sur le poids du bébé: 18 millions. Oui. Et quel repas Pippa, la sœur de Kate, conseille-t-elle de donner pour le 1er anniversaire de l’enfant? La réponse juste est… une croustade d’œufs de caille. Si, si. Et il y a vingt questions comme celle-ci… Plus sérieusement, le Guardian met en garde le futur roi dans son éditorial: il ne le sera pas avant 50 ans, grosso modo. «Même si les règnes de son père et de son grand-père sont exemplaires, même si son propre comportement s’avère impeccable, le Royaume-Uni en 2065 sera-t-il un Etat qui a à sa tête un individu dont la place a été décidée par la naissance?»

Le plus monarchiste: The Daily Mail. «Ce serait de la folie de prévoir quels soulèvements nous vivrons dans les 6 à 7 prochaines décennies que ce bébé devra peut-être attendre pour monter sur le trône, écrit aussi le journal, mais ce n’est pas le moment de réfléchir à cette soif de pouvoir de l’Union européenne, qui laisse toujours moins de souveraineté à nos souverains, c’est l’heure des célébrations.» En une, une photo de Charles et ce jeu de mots: Oh boy! – l’expression qui signifie – Oh la la…

Le plus anti-français: The Times. La une est sobre, avec une grande photo portrait du couple et ce titre: Bienvenue au monde. L’éditorial est plus perfide. «Notre monarchie est ce que nous avons en commun et ce qui nous distingue d’autres pays moins chanceux dans leurs traditions et moins à l’aise avec leur histoire. C’est pourquoi ceci est un événement national.» Fermez le ban…

Le plus stellaire: The Daily Star – forcément. Le quotidien qui dès le 3e mois de grossesse de Kate se demandait si elle saurait perdre ensuite ses kilos en trop a interrogé des experts en étoiles. Il en ressort que, «né sous le signe du Cancer et un jour de pleine lune, le bébé sera quelqu’un de sensible. Le même signe que son père et que sa grand-mère Lady Di, s’extasie le journal, ce sera un champion des nobles causes et il saura comprendre les défis des citoyens normaux de ce pays. S’il était né 33 minutes plus tard, ç’aurait été un Lion impétueux!» Oh my God. A quoi tient le futur d’un pays…

Enfin. A tous ceux qui n’auraient pas eu leur content d’informations royales: la BBC propose une dizaine de vidéos pour revivre l’exposition du bulletin, l’explosion de joie devant l’hôpital, la proclamation du crieur public, un reportage à Bucklebury, le village natal de Kate, «sur un petit nuage» ou des interviews de fidèles de la monarchie, souvent assez exotiques. Toutes sont en tête des articles les plus populaires du site ce matin.

Rendez-vous dans quelques jours pour une deuxième vague d’enthousiasme, quand le prénom sera annoncé…