Depuis les révélations la visant, Isabel dos Santos, la fille de l’ancien président angolais, communique en rafale. Sur son compte Twitter, elle fustige pêle-mêle des fuites mensongères organisées par le nouveau pouvoir angolais et une campagne raciste de l’ancienne puissance coloniale portugaise jalouse de son insolent succès.

Lire aussi notre enquête: Diamants, art et pétrole: l’empire du premier couple d’oligarques africains