L’armée israélienne a mené un raid dans la nuit de vendredi à samedi dans la maison du Palestinien ayant tué trois Israéliens dans une colonie de Cisjordanie occupée et arrêté son frère, a indiqué une porte-parole militaire.

«Pendant la nuit, les forces israéliennes ont pris les mesures de la maison de l’assaillant (en vue de sa destruction) dans le village de Koubar, y ont recherché des armes et confisqué de l’argent utilisé à des fins terroristes», a indiqué la porte-parole de l’armée. Le frère de l’assaillant a été arrêté, a-t-elle ajouté.

«Tout ce que j’ai, c’est un couteau acéré»

L’assaillant, âgé de 19 ans, s’est infiltré vendredi soir dans la colonie de Neve Tsuf, au nord-ouest de Ramallah, pénétrant dans une maison et tuant trois Israéliens, membres d’une même famille, à coups de couteau, selon l’armée israélienne.

Blessé par balles par un voisin alerté par les cris des victimes, l’assaillant a été évacué dans un hôpital israélien. Selon l’armée israélienne, l’assaillant palestinien avait publié peu de temps avant de s’infiltrer dans la colonie un message sur sa page Facebook où il écrivait notamment: «Tout ce que j’ai c’est un couteau acéré et je répondrai à l’appel de (la mosquée) Al-Aqsa.»

Détecteurs de métaux controversés

Cette attaque est intervenue au terme d’une journée d’affrontements meurtriers entre forces de l’ordre israéliennes et manifestants palestiniens qui ont fait trois morts du côté palestinien.

Les tensions sont allées crescendo depuis une semaine après une attaque qui a coûté la vie à deux policiers israéliens le 14 juillet dans la vieille ville de Jérusalem.

Israël, selon qui les armes des assaillants avaient été cachées sur l’esplanade des Mosquée, avait alors décidé d’installer des détecteurs de métaux aux entrées de ce site ultrasensible, le troisième lieu saint de l’islam, mais également révéré par les juifs comme le Mont du temple.

Cette mesure avait provoqué la colère des Palestiniens, et vendredi soir le président Mahmoud Abbas a annoncé que les contacts avec Israël seraient «gelés» tant que ces mesures ne seraient pas annulées.

Lire aussi: Les terribles expérimentations du jeune Etat israélien (16.07.2017)


Le président turc «condamne» l'utilisation «excessive» de la force par Israël

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a «condamné» samedi ce qu'il a qualifié de recours «excessif» à la force par Israël, au lendemain d'une journée de violences meurtrières liées à l'installation de détecteurs de métaux à l'entrée de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem.

«Je condamne le recours excessif à la force par les forces israéliennes contre nos frères qui s'étaient rassemblés pour la prière du vendredi», a déclaré Recep Tayyip Erdogan dans un communiqué publié sur le site de la présidence turque.