«Le premier ministre Benjamin Netanyahou et le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman ont décidé de rappeler immédiatement pour consultations l’ambassadeur d’Israël en Suisse, Ilan Legari, à la suite de la rencontre entre le président de la Confédération helvétique Hans-Rudolf Merz et son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad», a indiqué le Département fédéral des affaires étrangères dans un communiqué.

Israël entend ainsi «exprimer (son) mécontentement sur la tenue de la conférence de Durban II à Genève à laquelle participe un raciste négationniste de la Shoah qui déclare publiquement son intention de rayer Israël de la carte», a ajouté le communiqué, en référence à M. Ahmadinejad.

La rencontre entre le chef de l’Etat suisse et son homologue iranien a eu lieu dimanche soir. Parallèlement, le ministère israélien des Affaires étrangères a convoqué la diplomate actuellement en charge de l’ambassade suisse à Tel-Aviv, Monika Schmutz-Kirgoz, pour lui faire part de sa protestation, selon le communiqué.

Parlant à l’ouverture de la séance hebdomadaire du gouvernement, M. Netanyahou s’est élevé contre l’invitation faite à M. Ahmadinejad de participer à la conférence de l’ONU, affirmant que le président iranien était lui-même un «raciste».

«Au moment où nous nous apprêtons à commémorer les victimes de la Shoah, une conférence qui prétend lutter contre le racisme accueille un raciste et un négationniste de la Shoah qui ne cache pas son intention de rayer Israël de la carte», a déclaré M. Netanyahou. «Je félicite les pays qui ont décidé de boycotter ce festival de haine», a-t-il ajouté, en allusion aux nombreux pays - dont les Etats-Unis - qui ont décidé de ne pas participer à la Conférence qui s’est ouverte lundi à Genève.

Le jour de commémoration

Israël commémore à partir de lundi soir le jour annuel du souvenir de la Shoah, le massacre de six millions de juifs victimes du génocide nazi.

Le président iranien, connu pour ses diatribes antisémites, doit prononcer un discours ce lundi après-midi au siège des Nations unies de Genève où se tient Durban II. M. Lieberman a de son côté affirmé dans un communiqué que «l’invitation à cette conférence internationale d’Ahmadinejad, un raciste connu pour ses appels à la destruction d’Israël, révél (ait) clairement les objectifs réels de ce forum».

«Israël ne peut pas ignorer le fait que cette conférence, qui accueille un négationniste de la Shoah, se tient précisément le jour où le peuple juif commémore ses six millions de victimes massacrées par l’Allemagne nazie et ses sympathisants», a ajouté M. Lieberman, lui-même accusé d’être un raciste pour sa rhétorique contre la minorité arabe d’Israël.

«L’Etat d’Israël salue avec gratitude les pays qui ont décidé de boycotter cette conférence de l’hypocrisie et appelle les autres pays à suivre l’exemple», a-t-il conclu.

Pour sa part, le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle Gaza, s’en est pris aux pays ayant décidé de boycotter la conférence, les accusant de «cautionner les crimes» commis selon lui par Israël contre les Palestiniens.