Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Funérailles à Rafah ce samedi 31 mars
© Awakening

israël

Israël rejette les appels à une enquête sur les morts de Gaza

Le ministre israélien de la défense a rejeté dimanche les appels à enquêter sur la mort de 16 Palestiniens tués par Tsahal depuis vendredi à la frontière entre Israël et la bande de Gaza

Le ministre israélien de la défense a rejeté dimanche les appels à enquêter sur la mort de 16 Palestiniens tués par Tsahal depuis vendredi à la frontière entre Israël et la bande de Gaza. «Tous nos soldats méritent une médaille», a déclaré Avigdor Lieberman.

«Les soldats israéliens ont fait ce qui était nécessaire», a ajouté le ministre à la radio militaire israélienne. «Pour ce qui est d’une commission d’enquête, il n’y en aura pas», a-t-il ajouté.

M. Lieberman répondait indirectement à la demande faite plus tôt par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres qui a réclamé une enquête indépendante. Son appel a été relayé par la porte-parole de la diplomatie européenne Federica Mogherini, par Amnesty International et par le chef du parti d’opposition de gauche israélien Meretz, Tamar Zandberg.

Netanyahu répond à Erdogan

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également rejeté toutes les critiques et affiché son soutien à l'armée.«Bravo à nos soldats», a-t-il déclaré. Il a dénoncé dimanche les «leçons de morale» du président turc Recep Tayyip Erdogan qui avait accusé la veille Israël d'avoir commis une «attaque inhumaine». «L'armée la plus éthique du monde n'a pas de leçons de morale à recevoir de la part de celui qui bombarde des civils sans discernement depuis des années», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

«Hé Netanyahu! Tu es un occupant! (...) En même temps, tu es un terroriste», a riposté dans la foulée le président turc.

Funérailles et vives tensions

Dans un communiqué diffusé samedi, Federica Mogherini a estimé que l’utilisation de balles réelles devrait faire l’objet d’une enquête transparente. «Même si Israël a le droit de protéger ses frontières, l’usage de la force doit toujours être proportionné», a-t-elle dit.

Palestiniens de Gaza et militaires israéliens s’apprêtaient à vivre dimanche une nouvelle journée sous haute tension à la frontière.

Des milliers de Gazaouis ont pris part samedi aux funérailles de manifestants tués la veille lors d’affrontements avec l’armée israélienne qui ont fait 16 morts côté palestinien. Quelques centaines de personnes se sont par ailleurs à nouveau réunies près de la frontière avec Israël.

Dans plusieurs villes de la bande de Gaza, une foule compacte a accompagné les cercueils de manifestants tués la veille. «Arabes, musulmans, où êtes-vous?», ont scandé les participants. Certains d’entre eux brandissaient des drapeaux palestiniens ou appelaient à la vengeance.

A ce sujet: La marche de Gaza s’achève dans le sang

Des membres du Hamas

Cinq des protestataires tués étaient des membres du Hamas qui participaient aux «manifestations populaires au côté de leur peuple», a fait savoir la branche armée du mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza.

Une grève générale est également en cours dans l’enclave – «au bord de l’effondrement» selon l’ONU – ainsi qu’en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis plus de cinquante ans. La bande de Gaza est elle-même toujours considérée par l’ONU comme un territoire occupé par Israël, parce que ce pays en contrôle tous les accès.

Pas de victimes israéliennes

La tension est vive depuis vendredi, lorsque l’armée israélienne a ouvert le feu sur des Palestiniens qui s’étaient approchés à quelques centaines de mètres d’une barrière ultra-sécurisée séparant l’Etat hébreu de la bande de Gaza, régulièrement le théâtre de heurts sanglants.

Selon le ministère de la Santé dans la bande de Gaza, 16 Palestiniens ont été tués et plus de 1400 blessés. Aucun mort ni blessé n’a été signalé côté israélien.

L’armée a affirmé avoir tiré par nécessité contre les manifestants qui lançaient des pierres et des cocktails Molotov sur les soldats. Selon elle, certains ont également tenté d’endommager la clôture et de s’infiltrer sur le territoire israélien.

Mais les Palestiniens accusent Israël d’usage disproportionné de la force et des organisations de défense des droits humains s’interrogent sur ces tirs à balles réelles. Selon les organisateurs de la manifestation, les Palestiniens ont été touchés alors qu’ils ne représentaient pas de menace immédiate.

Jour de deuil national

Le président palestinien Mahmoud Abbas a décrété samedi jour de deuil national et tenu Israël pour seul responsable des morts. «Le grand nombre de martyrs et de blessés dans ces manifestations populaires pacifiques prouve que la communauté internationale doit intervenir pour assurer la protection de notre peuple palestinien.»

Un porte-parole de l’armée israélienne a quant à lui qualifié samedi les événements de la veille d'«activité terroriste organisée», accusant le Hamas d’être derrière ces manifestations. «Si cela continue, nous n’aurons d’autre choix que de répondre à l’intérieur de la bande de Gaza contre les cibles terroristes […]», a déclaré le général de brigade Ronen Manelis à la presse.

Berne soutient la requête de l’ONU

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a demandé une «enquête indépendante et transparente». La Suisse soutient cette requête, indique samedi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué. Il souligne également l’urgence de relancer les négociations de paix après cette nouvelle escalade.

Les Etats-Unis, dont le président Donald Trump a régulièrement critiqué les Palestiniens, se sont eux affirmés «profondément attristés par les pertes humaines à Gaza». Ils ont appelé à «des mesures pour faire diminuer les tensions».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a