«Il n’y a pas eu de gel de la construction à Jérusalem, et il n’y aura pas un tel gel, telle est la politique des gouvernements israéliens depuis 40 ans», a affirmé Tzvi Hauser, secrétaire du cabinet israélien et membre de la délégation qui accompagne le Premier ministre Benjamin Netanyahou en visite aux Etats-Unis. «Il n’est pas concevable qu’il y ait des limitations à la construction dans les quartiers où vivent 300 000 habitants», a-t-il ajouté en faisant allusion à la douzaine de quartiers de colonisation israéliens construits à Jérusalem-Est que l’Etat hébreu a annexé.

Israël a approuvé lundi la construction de 1300 logements dans le secteur à majorité arabe de Jérusalem, suscitant la colère des Palestiniens et les critiques de Washington.

Nir Hefetz, un des porte-parole de Benjamin Netanyahou a pour sa part rappelé à la radio militaire que le gel partiel de 10 mois imposé à la construction de logements dans les colonies de Cisjordanie arrivé à expiration le 26 septembre ne s’est pas appliqué à Jérusalem-Est. «La construction à Jérusalem s’est poursuivie comme à Tel-Aviv», a ajouté ce porte-parole. «Le fait que nous construisions à Jérusalem n’a pas empêché lorsqu’existait une volonté réelle et sincère de faire la paix de conclure des accords avec la Jordanie, l’Egypte ou les Palestiniens», a-t-il ajouté.

Mardi, Benjamin Netanyahou avait qualifié d’«exagérée» l’importance donnée à la question des constructions juives, visant notamment les médias. «C’est un sujet dont on discutera, mais je pense qu’il est exagéré. Il s’agit d’une poignée d’appartements qui, en réalité, ne changent rien du tout sur la carte, contrairement à l’impression que pourraient donner certaines informations de presse», a-t-il souligné. La question des constructions juives, a insisté Benjamin Netanyahou, «est un sujet mineur que l’on transforme en sujet majeur. Je pense que c’est mal».

Le président américain Barack Obama avait pour sa part déclaré mercredi lors d’une visite à Djakarta que «d’immenses obstacles demeurent» dans la recherche de la paix au Proche-Orient. La veille, il avait implicitement critiqué la décision des autorités israéliennes de construire de nouveaux logements juifs dans le secteur à majorité arabe de Jérusalem. «Ce genre d’activité n’aide jamais quand il s’agit de négociations de paix», avait-il déclaré au cours d’une conférence de presse à Djakarta.

Le principal négociateur palestinien, Saëb Erakat, a accusé Benjamin Netanyahou d’être «déterminé à détruire les négociations» de paix, alors que le différend entre les deux parties sur la poursuite de la colonisation empêche la reprise des pourparlers relancés le 2 septembre sous l’égide des Etats-Unis.