Salles de classe désertées, routes bouclées, couvre-feu nocturne: dès lundi, la Cisjordanie se barricade au moins douze jours face au coronavirus. Alors que les autorités médicales estiment à plus d’un million le nombre de Palestiniens infectés, le gouvernement israélien rechigne à immuniser les habitants des territoires occupés comme l’y oblige pourtant la quatrième Convention de Genève.

Levier diplomatique

Israël estime que cette responsabilité est celle de l’Autorité palestinienne. Résultat: jusqu’à présent, moins de 10 000 doses ont été transmises aux Palestiniens par Israël. Certes, la situation évolue quelque peu: Israël vient d’annoncer que les quelque 100 000 travailleurs palestiniens entrant chaque jour sur sol israélien seraient bientôt vaccinés et Ramallah a annoncé dimanche l’acquisition de vaccins pour 10 millions de dollars. Mais le résultat est insignifiant face aux plus de 8 millions de piqûres administrées côté israélien, faisant de l’Etat hébreu le champion mondial de la vaccination. Désormais, plus de la moitié de ses habitants sont partiellement immunisés et un tiers l’est complètement.