Prévues depuis des mois, les mesures qui devaient entrer en vigueur lundi ont finalement été repoussées de quelques semaines supplémentaires. Mais ce n’est que partie remise: les Palestiniens, qui font déjà face à un enfer administratif de la part de l’armée israélienne, verront s’abattre à partir d’octobre des restrictions sans précédent. Et pour la première fois aussi clairement, ces mesures s’appliqueront aussi aux «étrangers» qui se rendent en Cisjordanie occupée.