«Le mois qui vient est décisif. Il est temps pour la communauté internationale d’imposer des sanctions douloureuses à l’Iran, même si la Russie et la Chine ne s’y associent pas», a déclaré à la radio publique M. Shalom, qui est suppléant du premier ministre Benjamin Netanyahu.

«La communauté internationale doit décider si elle continue à se bercer d’illusions sur une soi-disant coopération de l’Iran ou si elle impose de véritables sanctions contre l’Iran et son programme nucléaire», a ajouté M. Shalom.

L’Iran a lancé mardi le processus d’enrichissement d’uranium à 20% sur le site de Natanz (centre) sous la supervision d’inspecteurs de l’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), selon la télévision officielle iranienne en langue arabe Al-Alam.

La décision de l’Iran a suscité un tollé dans la communauté internationale, notamment parmi les grandes puissances qui soupçonnent Téhéran de chercher à se doter de l’arme nucléaire sous couvert de son programme civil.

Les avis sont toutefois partagés sur la marche à suivre. Washington et Paris ont affiché «une convergence de vues totale» sur la nécessité d’imposer des «sanctions fortes» à l’Iran. La Chine de son côté a plaidé une nouvelle fois mardi pour la poursuite des discussions sur le dossier nucléaire iranien.