Le gouvernement israélien a entériné dimanche la nomination de Dani Dayan comme directeur du mémorial de la Shoah Yad Vashem, mettant fin à une polémique suscitée par la proposition de l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahou de nommer une personnalité controversée de la droite radicale.

En août 2020, Benjamin Netanyahou, alors premier ministre, avait annoncé son intention de nommer Effi Eitam à la tête de ce lieu de mémoire visité chaque année – hors pandémie – par des centaines de milliers de personnes et des dignitaires étrangers.

En 2020: Auschwitz, champ de bataille mémoriel

Des propos contestés

Ancien officier de l'armée israélienne et dirigeant politique de la droite radicale, Effi Eitam avait un héritage de déclarations controversées sur les Palestiniens et les Arabes israéliens. Des chercheurs, des historiens et des rescapés de la Shoah s'étaient élevés contre sa possible nomination arguant que «la rhétorique d'Effi Eitam envers les Palestiniens et les Arabes israéliens allait à l'encontre des valeurs de Yad Vashem».

Créé en 1953, Yad Vashem est une institution étatique qui a pour principal objectif de perpétuer le souvenir du génocide du peuple juif pendant la Seconde Guerre mondiale qui a fait environ six millions de morts, principalement en Europe.

Lors de la visite de Donald Trump: La mémoire de la Shoah peut-elle être «so amazing»?

Un ancien consul

C'est donc Dani Dayan, ancien consul d'Israël à New-York, qui succédera à Avner Shalev, qui avait dirigé le mémorial entre 1993 et 2020.

Membre du parti de droite Nouvel espoir du ministre de la Justice Gidéon Saar, Dani Dayan, 65 ans, a dirigé le Conseil de Yesha, principale organisation représentant les colons israéliens de Cisjordanie occupée où il vit depuis les années 1980.«Diriger Yad Vashem est plus qu'un poste, c'est une mission que j'accepte avec respect et admiration», a déclaré Dani Dayan, selon un  communiqué de Yad Vashem.