A la mi-mars, la police a fait irruption dans un appartement du sud-est de Rome pour en expulser la fille d’un boss mafieux de la Camorra arrêté en 2013: Michele Senese, surnommé «Michele le fou». A peine sa famille avait-elle quitté les lieux que le président de la région Latium Nicola Zingaretti annonçait qu’ils accueilleraient une autre famille, ukrainienne celle-là. Un triomphe «de la loi et de la solidarité» selon lui, ancré dans la loi italienne depuis lundi.