Le site de l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) affirme, reprenant différents articles de la presse anglo-saxonne, que la mafia sicilienne arrose de pétrole des chats pour les relâcher ensuite, paniqués et courant en feu dans les forêts, afin qu’ils provoquent des incendies.

Alors que 800 départs de feu se sont déclarés en Sicile en 48 heures, la semaine passée, plusieurs sources officielles ont déclaré au Daily Beast qu’il s’agissait de feux déclenchés par la mafia en utilisant des chats. Les autorités ont découvert le procédé au moyen de caméras de surveillance. Le directeur du parc national de Nebrodi explique qu’il n’était pas possible que des feux démarrent dans toute la région simplement par coïncidence.

Rôle des rangers

La Sicile emploie quelque 23 000 personnes dans le secteur forestier, beaucoup plus que les vastes étendues canadiennes qui ne comptent que 4200 rangers. Alors que le gouvernement sicilien voulait réduire le nombre d’emplois dans ce secteur, l’un des buts des incendies volontaires pourrait être de prouver qu’au contraire ils sont nécessaires. Une autre hypothèse estime que la mafia a investi dans des sociétés de reforestation et espère bénéficier des travaux après les incendies.

Selon le Telegraph, les autorités ont aussi pointé du doigt des rangers, membres de la mafia et récemment limogés pour avoir été identifiés comme membres de l’organisation, ainsi que des mafieux liés à des promoteurs immobiliers peu scrupuleux et désireux de construire des villas sur les terres brûlées.

Plusieurs écoles et des maisons ont dû être évacuées. 50 enfants d’un camp d’été près de Palerme ont dû être hospitalisés après avoir inhalé de la fumée.

Lire aussi: Une partie des mafieux arrêtés en Suisse étaient des «secondos» bien intégrés