La crise sanitaire a accéléré une tendance démographique à la diminution des naissances en Europe. «Le Temps» consacre une série d’articles à ce phénomène.

A lire: 

Jamais aussi peu d’enfants n’ont vu le jour en Italie depuis l’unification de la Péninsule il y a près de cent soixante ans. En 2020 on enregistre un nouveau record négatif de naissances avec 404 104 nouveau-nés, soit environ 16 000 de moins qu’en 2019, une année déjà record. La dénatalité italienne en cours depuis la fin des années 2000 est la plus forte en Europe et s’est encore aggravée partout, sans distinction de région, tout au long de l’année dernière. Et ces statistiques, présentées fin mars, ne prennent pas en compte les conséquences de la pandémie.