Après dix semaines de quarantaine, les Italiens retrouvent leur liberté de mouvement. A condition de rester confinés à l’intérieur de leur région encore jusqu’au 2 juin prochain. Les restrictions seront ensuite levées à travers tout le pays et les frontières avec l’Union européenne et les pays de l’espace Schengen rouvertes. «Le risque est calculé», a lancé samedi soir le premier ministre, Giuseppe Conte. Il avait décidé un jour plus tôt, après de longues négociations avec les présidents de régions et tranquillisé par une épidémie faiblissante, d’anticiper la fin du confinement.

Désormais, les forces de l’ordre ne réclameront plus aucune justification, à l’intérieur d’une même région, à quiconque sort revoir ses amis, se promène, veut prendre un café au bar ou déguster un plat de pâtes dans un restaurant. Le «risque calculé» du chef de l’exécutif prévoit le respect entre les personnes d’une distance de sécurité d’un mètre au moins et le port du masque dans les lieux fermés. Depuis ce lundi, les bars, les restaurants, les salons de coiffure et de beauté peuvent aussi accueillir des visiteurs, avec deux semaines d’avance sur le précédent calendrier. Les commerces de détail et les musées rouvrent également, comme prévu. Les Italiens devront attendre le 25 mai pour se rendre dans les salles de sport et les piscines, et le 15 juin dans les cinémas et les théâtres.