votes

Les Italiens de Suisse ont voté pour le parti démocrate, perdant des élections

Le parti de Matteo Renzi domine les votes des électeurs italiens en Suisse. En Italie, une certaine confusion règne, deux leaders revendiquant le droit de former le gouvernement

Le Parti démocrate (PD, centre gauche) de Matteo Renzi est arrivé en tête des votes des électeurs italiens en Suisse. La Ligue et le Mouvement 5 Etoiles (M5S), vainqueurs des élections dans la péninsule, se sont classés deuxième et troisième en Suisse.

Selon le résultat partiel du ministère italien de l'Intérieur à midi, le parti de Matteo Renzi a recueilli près de 32,7% des voix des Italiens en Suisse, alors qu'il a subi une lourde défaite en Italie. Avec 30,3%, la Lega est arrivée en deuxième place.

Le mouvement cinq étoiles (M5S), qui a triomphé en Italie, arrive en troisième position. Il a reçu l'approbation de 25,7% des Italiens qui ont voté en Suisse. Quelque 316 500 ressortissants italiens résident en Suisse, selon l'Office fédéral de la statistique.

Notre article de lundi matin: En Italie, c’est la victoire des voix antisystème


En Italie, les leaders du M5S et de la Lega revendiquent poste de premier ministre

En Italie en ce début d'après-midi, une certaine confusion règne en raison de l'absence de majorité claire après les élections. Le leader de la Ligue Matteo Salvini, revendique le poste de premier ministre: «Je suis quelqu'un qui tient parole et l'engagement a été pris au sein de la coalition: qui l'emporte peut gouverner», a-t-il lancé Matteo Salvini, comme un appel à Silvio Berlusconi, dont le parti est devenu minoritaire dans le bloc de droite. «Nous avons le droit et le devoir de gouverner dans les prochaines années», a-t-il insisté.

Mais cette perspective est mise à mal par la percée historique du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème), devenu le premier parti du pays avec un score dépassant les 32%. Luigi Di Maio, chef politique du M5S, revendique aussi le droit de former un gouvernement.

«Nous avons la responsabilité de donner un gouvernement» à l'Italie (...). Nous sommes une force politique qui représente le pays tout entier, ce que je ne peux pas dire des autres formations, cela nous projette inévitablement vers le gouvernement du pays», a déclaré le jeune leader de 31 ans lors d'une conférence de presse à Rome.

Lire aussi le blog d'Alberto Mocchi, qui suit ces élections.

Publicité