Ne l’agacez pas en le qualifiant d’ex-«James Bond suisse». Si Jacques Pitteloud a bien été espion, chasseur de génocidaires rwandais pendant son temps libre, s’il a bien été le premier coordinateur des renseignements suisses, s’il a bien contribué à échafauder un plan d’exfiltration des otages suisses en Libye, il est aussi un homme passionné d’histoire et de littérature, de nature et d’ornithologie. Ambassadeur de Suisse en poste à Washington depuis septembre 2019, il nous raconte son travail de diplomate dans un pays qui le fascine.

Lire aussi: Ed McMullen: «La Suisse est le diamant de l’Europe»