Jean Ziegler continuera de rédiger des rapports sur l'alimentation pour le compte de l'ONU. Le Conseil des droits de l'homme a décidé de prolonger d'une année tous les mandats des rapporteurs spéciaux avant de les réexaminer un à un. Elu en 2000 et réélu en 2003 rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation, le polémiste genevois

a rédigé voici quelque temps un rapport sur la Palestine qui a provoqué de vives protestations d'Israël, mais aussi des Etats-Unis. Récemment, l'organisation non gouvernementale UN Watch a relancé la polémique en rappelant les liens de Jean Ziegler avec le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

Soignant l'hyperbole, négligeant parfois les détails pour s'adonner à la caricature, Jean Ziegler bénéficie toutefois au sein de l'ONU d'un crédit indéniable. «Il connaît bien le terrain et a le courage de ses opinions», relève Babacar Ba, ambassadeur sénégalais auprès de l'Organisation de la Conférence islamique. Accusé d'être approximatif, Jean Ziegler, disent ses partisans, est un intellectuel «qui n'a jamais prétendu être un juriste».

Sa possible nomination au sein de la Sous-commission du Conseil des droits de l'homme, pour autant qu'elle soit maintenue, soulève en revanche de vives réactions, d'autant que l'organe crée des normes et exige des compétences juridiques. En le soutenant, la Suisse prend un risque de crédibilité.