Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exprimé samedi ses doutes sur l’aptitude de la Roumanie à assumer, pour la première fois, la présidence de l’Union européenne, dont elle doit prendre les rennes pendant six mois dès janvier. Si ce pays est «techniquement bien préparé» à piloter l’UE, Jean-Claude Juncker a cependant estimé que «le gouvernement de Bucarest n’a pas encore pleinement compris ce que signifie présider les pays de l’UE», dans un entretien paru samedi dans le quotidien allemand die Welt.

Lire aussi: En froid avec Bruxelles, la Roumanie va présider l'UE

«L’action prudente exige aussi la volonté d’être à l’écoute des autres et la ferme volonté de mettre ses propres préoccupations au second plan. J’ai quelques doutes à ce sujet», a-t-il poursuivi.

Tensions en Roumanie

Il a également émis des réserves quant à la capacité de la Roumanie, confrontée à de vives tensions politiques nationales, à apparaître comme une «unité compacte» en Europe. Ce pays prendra le 1er janvier la présidence tournante de l’UE pour la première fois depuis son adhésion en 2007, succédant à l’Autriche.

Cela fait plusieurs mois que les institutions européennes sont devenues la cible de la majorité de gauche au pouvoir en Roumanie qui n’a de cesse de dénoncer une Union «inique» déniant au pays le «droit d’avoir ses propres opinions», selon les termes du chef du parti-social démocrate (PSD) au pouvoir, Liviu Dragnea.

Lire également l’opinion: Après le Brexit, un Roexit? Ou pourquoi la Roumanie inquiète

Réforme judiciaire mal vue par l’UE

Ces tensions avec Bruxelles ont été exacerbées en raison de la volonté du pouvoir roumain d’imposer une vaste refonte du système judiciaire pour corriger les «abus» des magistrats. L’UE estime pour sa part que cette réforme saperait la lutte contre la corruption, un mal endémique dont souffre ce pays.

La Roumanie aura en outre du mal à parler d’une seule voix car elle connaît une cohabitation explosive entre la majorité de gauche et le président de centre droit Klaus Iohannis. Ce dernier, un pro-européen convaincu, représente son pays au Conseil européen.