Depuis qu’internet a été rétabli la semaine dernière, le rideau se lève sur l’ampleur de la répression qui a maté la contestation populaire en Iran. Aucun chiffre officiel n’a été communiqué mais des témoignages confirment la mort de dizaines, et sans doute de centaines, de personnes. Professeur au Graduate Institute de Genève et titulaire de la chaire Yves Oltramare, Jean-François Bayart connaît bien ce pays. Selon lui, ces événements vont sans doute forcer le régime iranien à «se recomposer».

Lire aussi: Les Gardiens de la révolution ne font plus recette dans la rue iranienne