Proche-Orient

Jérusalem: le meurtrier palestinien d'une Israélienne avait des «motifs nationalistes»

Le corps d'une Israélienne de 19 ans a été retrouvé à Jérusalem. Jusque-là, la police s'était abstenue de qualifier publiquement ce meurtre «d'action terroriste»

Le meurtrier palestinien d'une Israélienne de 19 ans, dont le corps a été retrouvé à Jérusalem, avait des «motifs nationalistes», a annoncé dimanche le service de sécurité intérieure israélien Shin Beth.

Les services de sécurité israéliens ont annoncé samedi l'arrestation d'Arafat Irfaiya, un Palestinien originaire de Hébron dans le sud de la Cisjordanie occupée, accusé d'avoir commis ce meurtre. Dans un communiqué, le Shin Beth a affirmé que le Palestinien avait reconnu dimanche avoir tué Ori Ansbacher pour des «motifs nationalistes».

Jusque-là, le Shin Beth et la police s'étaient abstenus de qualifier publiquement ce meurtre «d'action terroriste», disant chercher auparavant à connaître le mobile du crime.

Une réduction des fonds versés aux Palestiniens

En réaction à ce meurtre jeudi qui a provoqué une très vive émotion en Israël, le Premier ministre Benyamin Nétanyahou a annoncé dimanche son intention de réduire à partir de la semaine prochaine des fonds reversés aux Palestiniens, en application d'une loi votée par le Parlement en juillet 2018.

«Je vais réunir le cabinet dimanche prochain (17 février) et nous ferons passer la décision nécessaire pour réduire ces transferts. Que personne n'ait le moindre doute, cela sera fait la semaine prochaine», a prévenu Benyamin Nétanyahou à l'issue du Conseil des ministres.

Lire aussi: Les Palestiniens dénoncent un «chantage minable»

Le texte permet à Israël de soustraire les sommes octroyées par l'Autorité palestinienne aux détenus palestiniens de l'argent qu'Israël lui reverse au titre des taxes prélevées sur les biens destinés aux territoires palestiniens. La loi n'avait pas été appliquée jusqu'à présent. Selon le député à l'origine de la loi, Avigdor Lieberman, l'Autorité palestinienne verserait 330 millions de dollars par an aux familles de Palestiniens détenus par Israël ou qui ont été tués par des soldats israéliens.

Le ministre palestinien des Affaires civiles, Hussein al-Sheikh, un proche du président Mahmoud Abbas, a indiqué à l'Agence France-Presse (AFP) que «l'Autorité palestinienne refusera de recevoir l'ensemble des fonds reversés si Israël en prélève une partie». Il a dénoncé une «menace explicite pour semer le chaos».

Une opération militaire à Hébron

L'armée israélienne a mené dans la nuit de samedi à dimanche une opération à Hébron pour prendre les mesures de la maison du suspect palestinien en vue de son éventuelle démolition, selon un porte-parole militaire.

Lire aussi: A Hébron, l'occupation à huis clos

Plusieurs colons israéliens installés à Hébron ont par ailleurs lancé des pierres vers des maisons palestiniennes situées à proximité, sans faire de victime, selon des témoins palestiniens.

Hébron est la seule ville de Cisjordanie où vivent 600 colons israéliens protégés par des milliers de soldats, des blocs de béton et des miradors, au milieu de quelque 200 000 habitants palestiniens.

Publicité