La partie palestinienne de la Ville sainte, annexée et occupée par Israël, résonnait samedi soir de puissantes détonations, après des échauffourées durant la journée, notamment dans le quartier de Silwan, récemment devenu l’épicentre des troubles et dont était originaire l’auteur de l’attaque meurtrière de mercredi.

Dans plusieurs quartiers, la police israélienne a «dispersé avec des moyens légaux et non-létaux» les jeunes, a assuré une porte-parole de la police, Luba Samri.

Ces heurts, d’une intensité peu fréquente à Jérusalem, interviennent au lendemain d’un vendredi, journée de la prière musulmane hebdomadaire, ensanglanté par la mort d’un adolescent Palestino-Américain de quatorze ans, abattu par l’armée israélienne en Cisjordanie occupée.

Les funérailles de l’agresseur de mercredi étaient prévues samedi soir sous haute surveillance. Il a été abattu après avoir, selon la police et le gouvernement israéliens, délibérément lancé sa voiture sur un arrêt de tramway de Jérusalem, blessant six Israéliens et tuant un bébé de trois mois, de nationalité américaine.

Il était sorti de prison en décembre 2013 après y avoir passé quatorze mois pour avoir jeté des pierres, selon ses proches.

Jérusalem-Est, dont l’annexion et l’occupation est dénoncée par la communauté internationale, est secouée depuis l’été par des violences grandissantes qui font redouter à certains une troisième Intifada et une propagation des troubles à la Cisjordanie.

Sur fond d’enlisement des efforts pour résoudre le conflit israélo-palestinien, les tensions ont été exacerbées par une série d’événements, dont l’assassinat d’un jeune palestinien par des extrémistes juifs en juillet après l’assassinat de trois adolescents juifs en juin.

La poursuite de la colonisation et l’appropriation de maisons palestiniennes par des colons, à Silwan par exemple, ne favorisent guère le retour au calme.

C’est dans ce contexte que le ministre israélien de l’Habitat Uri Ariel, lui-même un colon, a récemment affirmé envisager d’aller vivre à Silwan, selon les médias israéliens.