Asie

La jeunesse du Pakistan face à un choix décisif

Presque la moitié des électeurs de la république islamique ont entre 18 et 35 ans. Leurs préférences politiques ne sont pas unanimes, certains espèrent un renouveau alors que d’autres se sont résignés. Mais ils auront un rôle majeur à jouer lors des législatives de ce 25 juillet

Dans les cafés d’une ville qui ne s’éteint jamais, les marchés populaires décorés aux couleurs des partis ou les foules des rassemblements politiques, la jeunesse du Pakistan débat, s’engage, s’indigne, s’enflamme et s’indiffère. C’est selon.

A Lahore, le cœur du Penjab, la nouvelle génération a suivi le rythme enfiévré d’une campagne législative marquée par un climat politique dur, l’interférence de l’armée et des attentats qui ont fait au moins 175 victimes. Ce mercredi 25 juillet, son vote incertain sera décisif. Car, sur 105 millions d’électeurs, ils sont 46 millions d’inscrits âgés de 18 à 35 ans, dans l’un des pays les plus «jeunes» du monde. De leurs votes émergera un nouveau gouvernement civil, scellant la fragile transition démocratique d’une nation musulmane épuisée par le jeu des généraux, l’essoufflement de son économie, la menace terroriste et les enjeux géopolitiques.

«Imran Khan mérite une chance»

Certains n’ont pas même 20 ans mais ils ont leurs idées. «Tous nos politiciens sont corrompus et je ne voterai pas», a décidé Rabia, 19 ans, qui fait la queue dans un fast-food bondé. Elle est réprimandée par son amie Manahil: «Il faut voter pour le changement! Imran Khan mérite une chance.» Comme Manahil, les plus volubiles sont les jeunes qui défendent Imran Khan, l’ancien champion de cricket devenu le leader anti-corruption avec son Mouvement du Pakistan pour la justice (PTI). «Il bénéficie d’une vague de sympathie auprès des jeunes», estime Hafiz Zain, spécialiste politique pour la chaîne Waqt News. La jeune génération est sensible au charisme de l’ancien play-boy jet-setter, qui dit avoir opéré un virage spirituel.

Du haut de ses 65 ans, l’Imran Khan vieillissant séduit donc une partie de la jeunesse, qui voit en lui modernité et efficacité. «C’est un malentendu, assure l’analyste Taimuk Rahman. Car Imran Khan est un vrai conservateur.» Soupçonné d’être instrumentalisé par l’armée pakistanaise, l’impétueux politicien est une force trouble, qui flirte à l’occasion avec les partis religieux radicaux. «Tous les partis jouent sur le vote religieux, tempère Arfa, une étudiante attablée à la cafétéria de l’Université de Lums. Mais lui est honnête et se bat contre la corruption.» Et puis il promet grand en matière de santé, d’éducation et d’emploi, des sujets sensibles auprès des jeunes.

Complot de l’establishment

«Mais je ne peux pas m’identifier à Imran Khan, proteste Waseem, un camarade d’Arfa. Je ne vois pas de substance dans ses propos. Je voterai pour la Ligue musulmane (PML-N) de Nawaz Sharif, un parti plus raisonnable et apte à gouverner.» Cette formation sortante joue pourtant sa survie. Elle dénonce un complot de l’establishment visant à l’évincer par le contrôle des médias et de la justice. Son chef, l’ex-premier ministre Nawaz Sharif, a été destitué pour corruption en août 2017. Depuis le 13 juillet, il est emprisonné. «Nous observons ces développements avec stupeur», commente Waseem.

Et dans les quartiers généraux du PML-N, les visages sont crispés. Merriyum Aurangzaib, ex-ministre de l’Information, évoque un «assassinat de la justice» et déplore en Imran Kahn «un menteur qui jette de la poudre aux yeux». Qui a le champ libre, le troisième grand Parti du peuple pakistanais (PPP) de la famille Bhutto-Zardari n’étant plus que l’ombre de lui-même.

Les réseaux sociaux comme un exutoire

Face aux rebondissements dramatiques, les réseaux sociaux ont été un nouvel exutoire. «Ces plateformes ont joué un rôle en mobilisant les jeunes, souligne Muhammed Abubakar Umer, président de la cellule digitale du PML-N. Les jeunes ont davantage d’opinion politique que par le passé.» Selon un rapport de l’Asia Foundation, l’accès aux plateformes digitales les pousserait à s’engager dans le processus démocratique. «C’est plutôt un défouloir pour exprimer nos frustrations, et cela ne veut pas dire que j’irai voter», tempère Ibrahim, un jeune informaticien.

Les rangs des candidats se sont aussi gonflés de jeunes politiciens. Les partis religieux en comptent le plus grand nombre, jusqu’à la moitié, selon Mian Faisal, qui lui-même n’a que 29 ans. Ce dernier défend les couleurs du parti radical Tehreek Labeik Pakistan, qui milite pour des lois anti-blasphèmes très controversées. «Notre parti est partout au Pakistan, se félicite-t-il. Les jeunes sont demandeurs de religion.» Il est vrai que la campagne aura aussi donné aux partis extrémistes une plus grande visibilité sur l’échiquier politique.

«On me demande si je sourirai toujours après les résultats. Mais l’essentiel est de contribuer au progrès du Pakistan»

Gibran Butt, un leader étudiant, le plus jeune candidat du scrutin

Dans les ruelles du vieux Lahore, Gibran Butt, un leader étudiant, est le plus jeune candidat du scrutin. Ce grand gaillard de 26 ans a arpenté sa circonscription pour le Jamaat-e-Islami, une formation islamiste. Et dans la marée des mines sérieuses de politiciens placardées sur tous les murs, les posters d’un Gibran Butt à l’immense sourire détonnent. «On me demande si je sourirai toujours après les résultats, plaisante-t-il. Mais l’essentiel est de contribuer au progrès du Pakistan.»

Dans un climat tendu, et alors que 370 000 membres des forces de l’ordre se déploient pour encadrer le scrutin, il plane déjà sur Lahore comme un air de fête un peu gâchée. L’avenir du Pakistan est entre les mains d’une jeune génération qui oscille entre espoir et désenchantement.

Publicité