Etats-Unis

Jim Mattis, chef du Pentagone, démissionne après l'annonce de Trump sur la Syrie

Le ministre de la Défense américain a démissionné jeudi soir, invoquant des désaccords avec le président Trump, au lendemain de l'annonce du retrait des soldats américains de Syrie

Le ministre américain de la Défense Jim Mattis a présenté sa démission jeudi 20 décembre dans une lettre soufflet à Donald Trump. Il y rappelle notamment au président les devoirs des Etats-Unis envers leurs alliés, au lendemain de l'annonce du retrait américain de Syrie.

Le départ de cet homme d'expérience, très respecté sur la scène internationale et qui incarnait une forme de stabilité au sein d'une administration traversée de secousses, est un coup dur pour le tempétueux président des Etats-Unis qui apparaît de plus en plus isolé.

Dans un courrier adressé au locataire de la Maison Blanche, cet ex-général des Marines de 68 ans, insiste sur la nécessité pour les Etats-Unis de «traiter les alliés avec respect». Il marque ainsi implicitement son désaccord avec un président qui a pris pour cible, un à un, au cours des derniers mois, les dirigeants des principales puissances occidentales.

Editorial: Trump solde le rôle de l'Amérique en Syrie

«La force de notre nation est inextricablement liée à la force de notre système unique et complet d'alliances et de partenariats», écrit le chef du Pentagone, rappelant au président que «les 29 démocraties de l'Otan ont démontré la solidité de leur engagement en combattant à nos côtés après les attaques du 11-Septembre contre l'Amérique». «Je pense que me retirer est la bonne chose à faire», ajoute-t-il dans ce courrier qui a eu l'effet d'un coup de tonnerre à Washington.

«Lisez sa lettre!»

Nombre d'élus des deux bords ont exprimé leur déception, voire leur inquiétude. «C'est un jour très triste pour notre pays», a lancé Nancy Pelosi, chef des démocrates à la Chambre des représentants. «Lisez sa lettre! Je pense que tout le monde dans le pays devrait lire sa lettre de démission», a-t-elle ajouté.

En écho, Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate au Sénat, a déploré le départ de l'un des «rares symboles de force et de stabilité» au sein de l'équipe au pouvoir. «Le général Mattis donnait au président un avis qu'il aurait dû entendre», a tweeté le sénateur républicain Ben Sasse. «L'isolationnisme est une stratégie faible qui va nuire aux Américains».

Sur Twitter, Donald Trump n'a pas parlé de démission, indiquant simplement que Jim Mattis quitterait ses fonctions «à la fin de février» et qu'il nommerait un successeur «prochainement».

Clair désaccord

Dans sa missive, le ministre démissionnaire n'évoque pas directement le dossier syrien, si ce n'est pour citer la coalition internationale contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) comme exemple de l'utilité des alliances. Mais il sait que son départ sera interprété comme la marque de son clair désaccord avec le magnat de l'immobilier, sur le dossier syrien comme sur d'autres.

D'autant que, selon plusieurs médias américains, la présidence américaine a demandé au Pentagone d'envisager un retrait partiel également d'Afghanistan - alors que Jim Mattis avait plaidé et obtenu l'an dernier une augmentation des troupes.

Martelant que les Etats-Unis n'avaient pas vocation à être le «gendarme du Moyen-Orient», Donald Trump a lui défendu jeudi avec force le retrait des quelques 2000 soldats américains déployés dans le nord de la Syrie, une décision prise contre l'avis de plusieurs membres de son administration.

Interview: «Le retrait américain de Syrie va accroître le risque de guerre régionale»

«En douceur»

«Nous devons faire tout notre possible pour favoriser un ordre international propice à notre sécurité, notre prospérité et nos valeurs, et nous sommes renforcés dans cet effort par la solidarité de nos alliances», lui rétorque par écrit Jim Mattis qui a choisi de quitter ses fonctions fin février, après une réunion ministérielle de l'Otan à Bruxelles.

«De même, je suis convaincu qu'il nous faut être résolus et sans ambiguïté dans notre approche envers les pays dont les intérêts stratégiques sont de plus en plus opposés aux nôtres», ajoute-t-il, citant la Russie et la Chine. Le retrait des troupes américaines stationnées en Syrie laissera le champ libre à la Russie, qui ne cache pas sa satisfaction.

«Parce que vous avez le droit d'avoir un ministre de la Défense dont les vues sont mieux alignées sur les vôtres (...) je pense que me retirer est la bonne chose à faire», écrit l'ancien général des Marines, qui «s'engage à faire tous les efforts pour assurer une transition en douceur».

Publicité