Qui peut y croire? Au vu des réactions suscitées par son annonce, mercredi soir, d’une possible candidature présidentielle en 2022, Joachim Son-Forget paraît condamné à demeurer à des années-lumière de l’Elysée. Le député des Français de Suisse et du Liechtenstein, qui avait en 2019 répondu à une invitation de notre rédaction pour rencontrer les lecteurs du Temps, semble toutefois n’y prêter guère attention. Bouté hors du parti macronien pour ses écarts de langage sur les réseaux sociaux qu’il affectionne, rejeté ensuite par le groupe centriste UDI qui l’avait accueilli, l’ancien radiologue du CHUV de Lausanne est un électron libre dont les faits et gestes semblent désormais d’abord dictés par la communication. Un diagnostic confirmé par sa précipitation à relayer, sur Twitter, une vidéo sexuelle problématique de l'ex candidat présidentiel à la Mairie de Paris Benjamin Griveaux. Tout en dénonçant le procédé...

Lire aussi: Joachim Son-Forget: «Je souhaite continuer à faire de la politique avec sincérité et honnêteté»