Le candidat démocrate à la Maison-Blanche Joe Biden a affirmé mercredi qu'il maintiendrait à Jérusalem l'ambassade des Etats-Unis en Israël s'il remportait l'élection en novembre. Il a toutefois déploré la décision de Donald Trump de la transférer depuis Tel Aviv.

L'ancien vice-président américain a déclaré que l'ambassade «n'aurait pas dû être déplacée» par l'administration Trump sans que cela n'entre dans le cadre d'un accord de paix plus large au Proche-Orient. «Mais maintenant que c'est fait, je ne ramènerais pas l'ambassade à Tel Aviv», a-t-il ajouté lors d'une levée de fonds organisée en ligne.

Notre article du 5 décembre 2017: Donald Trump fait monter la pression sur Jérusalem

«Mais ce que je ferais... je rouvrirais aussi notre consulat à Jérusalem Est pour dialoguer avec les Palestiniens, et mon administration exhortera les deux parties à prendre des initiatives afin de maintenir en vie la perspective d'une solution à deux Etats», a-t-il confié à quelque 250 donateurs, réunis sur le logiciel de visioconférence Zoom.

Lire encore: Joe Biden, une campagne en solitaire

Un plan de paix rejeté par les autorités palestiniennes

Depuis son arrivée à la Maison-Blanche en janvier 2017, Donald Trump a multiplié les gestes en faveur de l'Etat hébreu, avec en particulier la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël en décembre 2017, et le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv dans la ville sainte au mois de mai suivant. Cette décision avait pris le contre-pied de décennies de statu quo dans la diplomatie internationale.

Lire également: «Le plan de paix de Donald Trump est réaliste»

Fin janvier 2020, son gendre et conseiller Jared Kushner avait dévoilé son plan de paix pour le Moyen-Orient sur lequel il travaillait depuis l'élection-surprise de Donald Trump en 2016. Le document, qui accorde à l'Etat hébreu un très grand nombre de concessions, a été rejeté avec véhémence par les autorités palestiniennes et est resté lettre morte.