«Nous reviendrons», avait-il lancé lors de sa dernière participation en 2019. A l’époque, c’est en simple citoyen que Joe Biden s’était adressé aux participants de la Conférence de Munich sur la sécurité. L’ancien vice-président de Barack Obama tenait alors à rassurer des alliés européens déstabilisés par Donald Trump. Vendredi, c’est en qualité de président des Etats-Unis qu’il peut lancer: «Je suis un homme de parole, l’Amérique est de retour.» Et son apparition sur les écrans simultanément à celle d’Angela Merkel et d’Emmanuel Macron, lors de ce rendez-vous annuel crucial pour les questions de défense et de sécurité, témoigne d’un lien qui se retisse.

Lire aussi: Le retour de Biden, l’atlantiste