D’ici à fin mai, il y aura suffisamment de doses de vaccins pour tous les Américains, vient de promettre Joe Biden. Mais une autre course contre la montre s’organise: celle en faveur de l’adoption de son ambitieux plan de relance à 1900 milliards de dollars, précisément pour panser les plaies des conséquences économiques du covid.

Le Congrès prend du retard, or le temps presse. Car dès le 14 mars, le versement d’allocations chômage supplémentaires, adoptées lors d’un précédent plan, prend fin. Et des millions d’Américains seront privés de cette précieuse aide ainsi que d’autres prestations. Les débats seront nourris. Au Sénat, des républicains sont déterminés à revoir les ambitions du président démocrate à la baisse, jugeant le plan trop coûteux. Leurs craintes? Qu’il entraîne l’économie dans une phase de surchauffe, avec un déficit public croissant et un creusement de la dette.