Débat démocrate

Joe Biden à l'offensive lors d'un débat démocrate au complet

Durant ce débat marathon de trois heures, le favori des sondages a défendu farouchement ses positions centristes face à ses principaux concurrents, Bernie Sanders et Elizabeth Warren. Vingt candidats sont toujours en lice pour la primaire

Attendu sur sa pugnacité, le favori de la primaire démocrate Joe Biden a choisi l'offensive jeudi lors d'un débat télévisé. Il a taclé ses principaux rivaux, les sénateurs Elizabeth Warren et Bernie Sanders, sans se laisser déstabiliser par les plus petits candidats.

Après un été marqué par des erreurs et propos confus qui ont réveillé des doutes sur sa forme physique et intellectuelle, Joe Biden, 76 ans, s'est montré incisif dans ce débat marathon de trois heures, défendant farouchement ses positions centristes face aux deux candidats plus à gauche. «Nous sommes les Etats-Unis d'Amérique. Jamais, lorsque nous nous sommes décidés à faire quelque chose, avons nous été incapables de le faire», a-t-il déclaré, comme pour prouver sa détermination.

L'ancien vice-président de Barack Obama a également revendiqué, à plusieurs reprises, ses liens avec le premier président noir des Etats-Unis encore très populaire dans l'électorat démocrate.

Une pique sur l'âge de Joe Biden 

Malgré ses faux pas, Joe Biden reste solidement en tête des sondages (26,8% selon la moyenne établie par le site RealClearPolitics), bénéficiant d'un grand capital sympathie, de son image de modéré capable de battre Donald Trump en 2020 et du fort soutien des Noirs. Juste derrière lui dans les sondages, Bernie Sanders, 78 ans (17,3%) et Elizabeth Warren, 70 ans (16,8%), ont maintenu un front uni lors de ces échanges, à Houston (Texas).

Lire aussi: Joe Biden, en figure de proue. Jusqu’à quand?

Dans un moment remarqué, un petit candidat, plafonnant à 1% des sondages, a attaqué Joe Biden: «Avez-vous déjà oublié ce que vous avez dit il y a deux minutes?», a lancé Julian Castro, ancien ministre de Barack Obama, s'attirant des huées dans le public. Biden a ignoré la pique.

L'accélération de la campagne démocrate

Etoile montante de la primaire, Elizabeth Warren a évité de s'en prendre à ses rivaux. Se démarquant par sa veste rouge vif parmi les costumes sombres, elle a joué sur son image de candidate au programme déjà très étoffé. «Je sais ce qui est cassé, je sais comment le réparer et je vais mener la lutte pour le faire», a-t-elle affirmé, en déclinant ses promesses très à gauche.

Cinq mois avant les premiers votes de la primaire, dans l'Iowa, cette émission marque le vrai coup d'envoi de la rentrée, et l'accélération de cette longue campagne. Vingt candidats sont toujours en lice, un record.

Lire aussi: La danse du ventre des candidats démocrates face à l’électorat noir

Pour les petits candidats, tous loin derrière, ce débat marque l'une des dernières occasions de grimper dans les sondages... et de s'attirer les financements indispensables pour poursuivre la campagne. Après un coup d'éclat face à Biden en juin, la sénatrice Kamala Harris est retombée dans les sondages (6,5%).

Complètent la liste le jeune maire de South Bend, Pete Buttigieg (4,8%), l'homme d'affaires et seul non-professionnel de la politique sur scène Andrew Yang (3%), Beto O'Rourke (2,8%), le sénateur Cory Booker (2,3%), la sénatrice Amy Klobuchar (1,2%) et l'ancien ministre d'Obama Julian Castro (1%).

Trump tourne en dérisoire ses opposants

Après plusieurs fusillades très meurtrières cet été dont deux au Texas, les questions sur les armes à feu ont donné certains des moments forts. L'ex-élu de la Chambre des représentants Beto O'Rourke, originaire de cet Etat, a plaidé pour la confiscation des fusils d'assaut, dans un pays où la question du droit au port d'armes divise profondément. «Bien sûr qu'on va prendre votre AR-15, votre AK-47», a-t-il lancé sous des applaudissements nourris.

Derrière les échanges souvent vifs sur la santé ou le commerce international, un seul sujet a fait l'unanimité parmi les dix candidats à l'investiture démocrate sur le plateau de ce débat : l'impératif de battre Donald Trump. «Le président le plus dangereux de l'Histoire», un «extrémiste blanc», un homme d'affaires qui profite des troupes pour s'enrichir: les attaques ont fusé contre le milliardaire républicain.

En face, Donald Trump fait campagne pour sa réélection en dépeignant ses opposants comme des «socialistes» menaçant le «rêve américain». Pendant que les démocrates débattaient, lui s'en moquait lors d'un dîner avec des élus républicains à Baltimore près de Washington, en reprenant les surnoms dont il les affuble régulièrement: «Joe l'endormi», «Pocahontas» en référence à la polémique sur les origines amérindiennes longtemps revendiquées par Elizabeth Warren et «Bernie le fou».


Un candidat démocrate va financer dix familles

L'homme d'affaires américain Andrew Yang, en lice pour la primaire démocrate, a promis jeudi de donner 1000 dollars par mois pendant un an à dix familles choisies au hasard. Il souhaite ainsi promouvoir son idée de revenu minimum universel.

«Quand vous donnez de l'argent à une campagne présidentielle, qu'est-ce qui se passe? Le politique dépense l'argent en publicité et en consultants et vous espérez que ça marche», a déclaré cet entrepreneur de 44 ans en ouverture d'un débat à Houston entre candidats à l'investiture démocrate pour la présidentielle de 2020.

Ce fils d'immigré taïwanais a renvoyé vers son site internet, où la page d'accueil invite à entrer ses coordonnées dans l'espoir de bénéficier de ce revenu. Peu connu en début de campagne, il a réussi à susciter un intérêt avec son ton décalé et recueille actuellement 3% des intentions de vote dans les sondages.

Publicité