Face au bourbier afghan et aux scènes de panique qui se déroulent à Kaboul, le silence dans lequel s'était muré Joe Biden n'était plus tenable. Le président américain a fini par s'exprimer lundi après-midi, heure de Washington, interrompant son séjour à Camp David. Très vite, alors qu'il est sous le coup de critiques, il a confirmé qu'il ne regrettait rien. S'il reconnaît que l'Afghanistan est tombé «plus rapidement que prévu» aux mains des talibans, de façon «difficile et désordonnée», il insiste: «Je campe fermement sur ma décision. Après 20 ans, j'ai appris à contre-coeur qu'il n'y avait jamais de bon moment pour retirer les forces américaines».