Joe Biden a reçu mercredi à la Maison Blanche l’opposante biélorusse en exil Svetlana Tikhanovskaïa, à Washington depuis dix jours. «Les Etats-Unis se tiennent aux côtés du peuple bélarusse dans leur quête de démocratie et de droits humains universels», a affirmé le président américain dans un tweet accompagné d’une photo le montrant en train de converser avec Svetlana Tikhanovskaïa.

L’opposante, qui affirme avoir remporté l’élection présidentielle de 2020 en Biélorussie, a remercié le président démocrate «pour un signe puissant de solidarité avec les millions de courageux Biélorusses qui se battent pacifiquement pour leur liberté». «Le monde se tient à nos côtés», a-t-elle ajouté sur le même réseau social.

Lire aussi: La traque sans pitié des opposants biélorusses

Sa rencontre avec Joe Biden était un «honneur» pour ce dernier, et une «opportunité pour lui d’exprimer personnellement son soutien au peuple de Biélorussie», a ajouté un haut responsable de l’exécutif américain, sous couvert d’anonymat.

«Nous espérons une participation américaine active»

Svetlana Tikhanovskaïa, arrivée le 18 juillet dans la capitale américaine, a également rencontré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, à qui elle a transmis une liste d’entreprises biélorusses publiques contre lesquelles les Etats-Unis devraient, selon elle, émettre des sanctions ou renforcer celles existantes.

«Seuls les Biélorusses eux-mêmes peuvent mener le pays vers le changement démocratique, mais nous espérons une participation américaine active et pas seulement symbolique», a-t-elle lancé lors d’une table ronde organisée par l’Association des correspondants au département d’Etat américain.

Lire également: Svetlana Tikhanovskaïa: «Loukachenko ne laissera derrière lui que des ruines»

Svetlana Tikhanovskaïa, entrée en politique après l’emprisonnement de son mari, s’est réfugiée en Lituanie après avoir affirmé avoir battu le président Alexandre Loukachenko lors du scrutin du 9 août 2020, qui a été suivi par de grandes manifestations prodémocratie violemment réprimées par le pouvoir.