Comment diminuer les risques de fusillades de masse et réduire l’accès aux armes dans un pays où le deuxième amendement, qui garantit à tout citoyen américain le droit d’en détenir, est sacro-saint? Joe Biden, pour lequel la violence par armes à feu est une «épidémie» et une «honte internationale», a décidé d’agir. Mais le président démocrate est bien conscient que la tâche est ardue. Ce mal qui ronge le pays, aucun de ses prédécesseurs n’est parvenu à l’endiguer. Le covid et les manifestations antiracistes ont même contribué à booster la vente d’armes à feu. Rien qu’en 2020, elles ont fait plus de 43 000 victimes aux Etats-Unis, suicides inclus, selon l’organisation Gun Violence Archive; 611 «fusillades de masse» (avec plus de quatre victimes) ont été perpétrées. Et depuis le début de l’année, 11 420 décès par balles ont déjà été recensés.

Lire aussi: Aux Etats-Unis, la menace invisible des armes faites maison